jeudi 10 mars 2016

L'interview d'Eve Borelli



Mais de rien, c’est un plaisir !
J’ai commencé à griffonner de petits textes rigolos, en lien avec la vie de tous les jours, et une amie m’a encouragée à écrire un vrai roman. Je me suis lancée ! Cette amie est ma fidèle bêta-lectrice, en plus d’être une auteure de talent.
Question lecture, j’aime absolument tout. Je suis prof de lettres, j’ai donc fait des études dans ce domaine et j’ai été amenée à lire de tout. Rabelais et Montaigne sont mes classiques préférés. Mon auteur contemporain préféré est J. Irving. Jusque là, j’ai écrit de la romance, mais étrangement, je n’en lis jamais. Je préfère la littérature générale, les thrillers.
J’aime écrire de la romance, mais j’ai envie de me lancer dans autre chose en ce moment.
Dès que j’ai couché les enfants, je me jette sur le canapé et j’écris sur mon PC portable, dans une position biscornue ! Pour ce qui est du lancement de l’écriture d’un manuscrit, je ne fais pas de plan. J’ai une idée très global en tête et je me lance. 

Lorsque j’ai commencé à écrire, j’ai adopté la 1ère personne qui me semblait plus naturelle. Sur le conseil d’un éditeur, je suis passée à la troisième personne et j’y suis beaucoup plus à l’aise. Elle offre plus de fluidité.
Stephen King pour son énorme inventivité et le pouvoir qu’il possède de me faire frissonner et m’émouvoir. John Irving, tout simplement magique.
Son univers, ses goûts, ses sentiments et émotions, son passé. Bref, il faut créer un être vivant, pas une poupée de papier. Je crée mes personnages à partir d’un minuscule truc, quelque chose que j’ai vu… Ensuite, je développe dans ma tête, je lui imagine un passé, des goût, un métier. Je m’inspire de mes proches.
Pour moi. Et ce sera toujours le cas. 

Je les lis, et en prends compte, bien sûr ! Ceci dit, je continue à écrire ce qui me plaît, sans trop m’y attacher non plus, sinon, on ne s’en sort plus : il y a tellement de sensibilités et avis qui diffèrent. Trop se soucier des remarques, c’est brider l’imagination, aussi. Par contre je prends en compte absolument toutes les remarques de ma bêta-lectrice (et suis ses recommandations)
Ma lectrice et l’homme de ma vie.
Si un éditeur m’impose une deadline, oui. Mais lorsque j’écris sans délai, aucune discipline. J’écris quand j’en ai envie.
De rien ! J’écris avec du bruit autour. On me parle, il y a de la musique, je suis interrompue… Zéro discipline, pour de bon ! 

J’écris à l’ordi, oui. J’imprime parfois quand j’ai un délai serré, que j’écris vite et que je ne « vois » plus rien. A force de se lire et se relire, on ne repère plus rien. J’imprime et je jette un œil à la version papier, ça m’aide à repérer d’éventuelles coquilles ou répétitions.
J’ai envoyé mon premier manuscrit chez HQN et il a été pris. J’y ai donc publié mes trois premiers écrits. Je publie mon quatrième roman chez Nisha. Je suis donc devenue double-casquette !
Un texte jeunesse, un texte young adult et surtout, surtout, une histoire complètement barrée, pas du tout romance, que j’adore déjà !
J’ai hâte de rencontrer les lectrices. Ma plus grande peur est que… personne ne vienne me voir ! ;-) 

J’espère que vous apprécierez Le goût du thé, celui du vent ! J’ai pris grand plaisir à l’écrire et j’ai adoré passer du temps avec Elinor, Amaury, Paamoi, Juana… J’ai hâte que vous les découvriez !
De rien, ce fut un plaisir !
https://twitter.com/eveborelli https://www.facebook.com/eveborelliauteur/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire