mardi 15 mars 2016

Jonathan Clay


J'ai grandi dans une petite ville pas très loin de Houston. À 18 ans, j'ai tenté de faire des études à l'université, mais j'ai lâché l'affaire après quelques années.
À 21 ans, j'ai coupé les ponts avec l'éducation traditionnelle, puis j'ai déménagé à New York City, et peu après à Austin, dans le Texas.
On peut trouver ça ironique, mais c'est après avoir quitté l'université que j'ai eu l'impression d'apprendre plus de choses que ce que j'avais appris jusque-là...
En 2007, j'ai attiré l'attention d'une importante maison de disques et nous avons conclu un accord.
Avec le recul, cette rude épreuve a conduit à un réel développement, mais pas comme le label ou moi-même l'espérions.
Tous les projets tombèrent à l'eau en l'espace de 5 mois. Cela me poussa à m'interroger sur la direction vers laquelle je souhaitais voir aboutir ce que je faisais. Pendant quelques temps, on peut dire avec justesse que j'ai eu une aversion pour la musique et le processus de création musicale en général. Ce fut une période difficile mais nécessaire. C'est à ce moment-là que je me suis réinstallé au Texas, et ai fait de mon mieux pour me recentrer, et réinvestir mon énergie pour construire quelque chose que personne ne pourrait m'enlever.
Durant les deux années qui suivirent, je réalisais deux albums complets, fis des placements dans différentes émissions de télévision, et jouais ma musique aux quatre coins du pays. C'était bon de pouvoir mettre le mot "musique" sur ce que je faisais. Je me sentais chanceux - et c'est toujours le cas. Ceci étant dit, j'avais la sensation qu'il me manquait quelque chose. Voilà un an que mon ami d'enfance et moi avions mis nos idées en commun pour créer quelque chose qui changerait le cours de ma vie. Nous avons passé une grande partie de notre adolescence sur un grand terrain au nord de Walter County dans le Texas. Au travers de nos expériences et de nos souvenirs, l'inspiration se fraya un chemin pour composer Jamestown Revival. Le fait de mettre ma carrière solo en attente afin de poursuivre un projet collectif n'a pas été une décision consciente et ne m'avait jamais traversé l'esprit - cela s'est fait tout naturellement. Un an plus tard, Jamestown Revival était cité dans le Rolling Stones Magazine, nous avions fait trois tournées rien qu'aux USA, et notre enregistrement version longue auto-réalisé, auto-produit et auto-enregistré avait marché bien mieux que je ne m'y attendais. Un nouvel élan semble venir plus facilement lorsque l'on est au bon endroit.
Mi 2011, ma femme et moi avons décidé de lever le camp et mettre le cap vers l'ouest – avec Los Angeles comme destination. Nous étions prêts à changer de décor, et elle travaillant dans la mode et moi dans la musique, cela paraissait être un choix approprié. Même si le Texas me manque vraiment, c'était définitivement la bonne décision. Je n'ai aucune idée de l'endroit où nous serons dans cinq ans, mais c'est ce qui me semble être pour le mieux pour le moment. Mon objectif et ma priorité est Jamestown Revival, mais j'ai aussi expérimenté de nouveaux modes de créations de la musique récemment. J'ai récemment composé pour un court documentaire mais aussi pour la bande son d'un film. C'était une expérience enrichissante, et une échappée bienvenue à côté du travail intensif que demande l'écriture de chanson pour un album. Ceci dit, c'est incomparable avec ce que je ressens quand j'écris une chanson qui finira peut-être sur mon prochain album. Une chanson avec des mots auxquels je crois tellement fort que je ne peux pas trop y penser si je veux qu'ils aient un sens. C'est ce que je ressens à propos des chansons que j'ai (que nous avons) écrites pour Jamestown Revival, et c'est pourquoi cela consume la moindre pensée rationnelle de mon esprit.
Actuellement, nous travaillons sur une version longue de Jamestown Revival. Nous faisons aussi quelques tournées, j'ai donc passé pas mal de temps sur la route. J'ai réparé mon pédalier, et aussi fait quelques explorations. Je peux dire honnêtement que je suis plus enthousiaste à propos de la musique que je ne l'ai jamais été. J'apprécie profondément ce que je fais, et de bonnes choses sont en train de se faire. Ça j'en suis sûr.
2007 : Whole New Me
2007 : Back To Good
2008 : Love At War
2010 : Everything She Wants
https://www.youtube.com/watch?v=3tWyt-rDpek&list=PLEE44C2361D504392

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire