samedi 19 mars 2016

L'interview de Charlene Kobel



Merci à toi de ton intérêt !
Ayant vécu le harcèlement scolaire, c’est dans l’écriture que j’ai eu la force d’hurler ma peine en silence. Si tout d’abord c’était pour extérioriser, bien vite cela m’est devenu presque vital ! Les livres qui m’ont fait aimer la lecture et la série "Heartland" de Lauren Brooke. Puis, les séries d’ado telles que "Cœur Grenadine" ; "Toi+Moi". Ce qui m’a en revanche donner l’envie d’écrire un livre c’est "Twilight". J’ai été transportée par cette histoire et j’ai voulu tenter ma chance. C’est comme cela que "Madon" a vu le jour.
J’aime un peu de tout. Je n’ai pas de genre de prédilection. En revanche, en matière d’écriture c’est la Romance qui prend le dessus. J’adore créer des histoires d’amour car ce monde en manque cruellement.

Je n’ai aucun processus. Ce n’est pas moi qui choisis quand vient le temps d’écrire, c’est l’écriture qui le décide. Par contre, j’ai une habitude qui ne change pas : J’ai besoin de musique pour écrire.
Première, sans hésiter ! C’est plus facile de faire passer les émotions.
Guillaume Musso, Marc Lévy, Christina Lauren, Emily Blaine,… Il y en a bien trop, en fait ! Ils ont tous le petit quelque chose qui me fait les aimer.

Je pense qu’il faut tout de même les faire réels. C’est un roman, mais tout ne peut pas coller à un personnage. Moi je prends souvent un trait de caractère de quelqu’un qui m’est proche. Mais pas seulement. Je réfléchis à l’histoire et quel rôle doit avoir le personnage. Est-ce que ce doit être le con de service ? Celui qui sauvera la fille ou celle qui sauvera le garçon. Quelle place a-t-il dans son groupe d’ami, dans la société… etc.
Pour une personne disparue il y a bien trop longtemps… Je lui ai promis de lui dédier toutes mes victoires. Mais également pour moi et pour me prouver que j’en suis capable. Pour mes lecteurs qui me suivent depuis le début…
Oh oui ! Énormément ! C’est d’ailleurs pour cela que lorsque j’ai cherché des bêta lectrices, je n’ai pas pris d’amis proches. Peut-être parce que les lecteurs sont parfois plus critiques que nos amis proches. Et je ne le regrette pas ! Les avis négatifs (Constructifs) sont aussi une très grande aide. Ça nous apprend non seulement à retravailler pour le prochaine mais aussi à mûrir dans nos écrits.
Avec plusieurs, oui. Mes bêta lectrices et mes amies auteures qui ont toujours de très bons conseils.

Non. Je ne me stress pas, mais je me bouge quand même. Je ne veux pas que l’envie d’écrire s’estompe parce que je vois que je n’arrive pas à telle ou telle date à terminer mon roman.
J’ai mon casque sur mes oreilles pour écouter de la musique.
J’écris sur l’ordinateur, ensuite j’imprime pour la relecture et je prends des annotations que je remets sur ordinateur pour ensuite l’envoyer à ma relectrice puis correctrice.
J’ai signé avec Nisha Editions en décembre dernier pour "Fuis-moi, je te suis", roman finaliste au concours Première expérience sur Fyctia. Et je suis très contente de faire partie de leur famille car ils sont toujours présents et à l’écoute (Et surtout trèèèès patient avec une novice des maisons d’édition comme moi)

J’écris les suites de "Sweetness", le tome 2 sort en avril. Ensuite j’ai un projet avec Clémence Lucas, nous écrivons un quatre mains. Et j’ai plein d’idées de romans en tête ☺
J’aimerais remercier tous mes lecteurs de la première heure et les suivants qui me donnent l’envie de continuer dans cette belle aventure. Et croyez toujours en vos rêves.

http://charlenekobel.e-monsite.com/ https://twitter.com/charlenekobel https://www.facebook.com/Charlene-Kobel-835578793136419/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire