samedi 29 août 2015

L'interview de Delphine Wysocki

Salut ! Merci à toi de me l’avoir demandée ! :)
J’ai commencé à écrire tout naturellement grâce à… mes rêves ! (rires)
J’ai toujours regardé énormément de films, de séries fantastiques et SF, et un jour, j’ai commencé à rêver des personnages de mes romans, de certaines scènes. Ils revenaient régulièrement, donc un jour j’ai décidé d’écrire ces fameuses scènes, et mon premier roman a vu le jour.
Ma mère fut ma première lectrice, suivie par un de mes cousins et des amis.
Ah, pas facile de répondre ! Je dirai que le fantastique m’attire tout autant que la SF. Tant qu’il y a de l’action, du suspens, des émotions, et que la ou les histoires d’amour ne sont pas le sujet principal du livre, j’accroche !
Ceci dit, je ne suis pas trop fan de la Fantasy, je pense qu’il me faut un pied dans la réalité pour apprécier l’ouvrage.

Avant toute chose, je n’aime pas me forcer à écrire en établissant un emploi du temps précis, où j’écrirais de telle heure à telle heure. Cela se ressent forcément dans l’histoire, et les idées ont du mal à venir.
Je préfère me laisser porter par mon imagination. Dès que ma muse me titille, je m’enferme dans mon bureau pour écrire. Une bouteille d’eau, mon pc et le silence absolu sont les 3 choses essentielles dont j’ai besoin dans ces moments-là. Seuls mes 2 chats sont autorisés à rester avec moi ! :)
Je rejoindrai mon amie Astrid sur ce point : je suis bien plus à l’aise avec la première personne. Mon premier roman, publié en 2013, a été écrit à la première personne ! Je trouve que cela rend l’histoire encore plus réaliste, et permet au lecteur de se fondre dans l’histoire et de s’identifier aux personnages.
Ceci dit, le roman que je suis en train d’écrire est à la troisième personne. J’ai voulu tester ce que cela pourrait être de changer de style. Eh bien, j’ai du mal à m’impliquer dans l’histoire ! La trame principale de l’histoire est là, dans ma tête, mais l’écrire à la troisième personne est bien plus compliqué quand ce n’est pas notre façon de faire !
Maxime Chattam, Bernard Werber, Anne Rice sont 3 écrivains que j’apprécie beaucoup. Aldous Huxley également, « Le meilleur des mondes » reste mon livre préféré !

Pour moi, ce qui rend crédible un personnage, ce sont ses émotions. Pour créer mes personnages, je me mets dans leur peau et j’écris leur histoire comme si elle m’arrivait. J’écris donc ce que je ressentirais à chaque scène, la façon dont je réagirais face à certains évènements…
Au final, si je pleure ou si je ris en me relisant, c’est que j’ai réussi ma mission !
Quand j’ai commencé à écrire « Lucynda Dubois », c’était pour moi-même. L’histoire était née dans mes rêves, et je voulais me prouver à moi-même que j’étais capable d’aller au bout…
Maintenant, cela a un peu changé. J’écris toujours pour moi, mais également pour partager mon univers, mon monde, tout ce qui trotte dans ma tête… Il y a un peu de moi dans chacun de mes livres. Et, lorsque je reçois des retours positifs, cela me remplit de joie ! C’est ma plus belle récompense…
Tant que ce sont des avis constructifs, ils sont toujours bons à prendre ! Bien souvent, nous avons besoin d’un œil nouveau sur nos écrits pour déceler ce qui ne va pas et pouvoir ainsi nous améliorer. C’est d’ailleurs en recevant des avis sur la première version de mon tome 1, « Un avenir compromis », que je l’ai amélioré par la suite en le rééditant en auto-édition !

Bien sûr ! J’ai plusieurs bêta-lectrices, auteurs comme correctrices, qui me donnent un avis objectif sur les écrits que je leur soumets. Cela me permet de rectifier ce qui ne va pas ou d’approfondir certains passages.
J’évite la famille, car ils ne peuvent pas vraiment être impartiaux, sauf peut-être mon copain qui ne se gêne pas pour dire ce qu’il pense !
Absolument pas ! S’imposer des barrières ne peut être que néfaste pour notre écriture et notre imagination.
Nous imposer une limite de temps nous fera nous précipiter dans nos écrits, dévalorisant l’histoire, ou au contraire engendrera un blocage !
J’ai essayé de m’imposer une limite, une fois : écrire autant de pages (ou 1 chapitre) par semaine… ça a été un flop total ! Quelques semaines plus tard, lorsque j’ai décidé de mettre cette idée aux oubliettes, la muse est revenue me rendre visite ! :)
Une musique relaxante (la collection oxygène reste ma préférée) et mes chats.
Cela me permet de me détendre, d’être plus sereine et en phase avec la nature. Dès que mon imagination s’active, je stoppe la musique et me voici partie pour des heures d’écritures !

J’écris essentiellement sur mon ordinateur ou sur mon netbook. Ceci dit, tout écrivain qui se respecte a toujours un bloc note sur soi !
Je corrige également sur mon pc, à 2 reprises. Une fois, de moi-même, et la seconde fois par le biais d’un logiciel de correction. Une fois cela fait, j’envoie mon manuscrit à mes correctrices. Ensuite je patiente 1 ou 2 semaines avant de me relire une dernière fois et y déceler les dernières coquilles.
J’évite, autant que possible, d’imprimer une version entière d’un livre uniquement pour le corriger, puisque je le fais déjà pour protéger mes écrits. Je préfère ne pas gaspiller de papier supplémentaire et ménager ainsi notre chère planète !
Désastreuse…
Tarifs des livres exorbitants, couverture payante, services de corrections à tarifs outranciers totalement dissuadeur, aucune promotion de faite, ajouts de fautes et pas de versements des droits d’auteurs… J’ai quitté ma précédente maison d’édition dès que mon contrat me l’a autorisé.
Ne voulant pas subir à nouveau les mêmes désagréments, et m’en sentant capable, j’ai pris la décision de me lancer dans l’auto-édition, et j’en suis pleinement satisfaite ! Certes, cela fait une double charge de travail, car je m’occupe de tout, mais on a ainsi la possibilité de faire la mise en page que l’on souhaite, de faire notre propre couverture…
Quand je vois certains auteurs aller de maisons d’édition en maisons d’édition, j’ai envie de leur crier d’arrêter leur périple et de se lancer eux-mêmes !
J’écris actuellement un roman fantastique, d’une autre catégorie que ma saga actuelle. En effet, il sera destiné à un public plus adulte, de par les scènes de violences qu’il contient.
Je travaille aussi sur le tome 3 de « Lucynda Dubois ». J’ai aussi pour projets de sortir un second recueil pour la fin de l’année, et j’ai aussi un autre projet qui me tient à cœur, mais là je me tais ! :)

Dziękuję ! Pour m’avoir donné l’opportunité de faire cette interview ! (je profite de cet encart pour y mettre un peu de Polonais, car vous allez en avoir pour votre grade dans le prochain roman :) )
Écrire est devenu une passion, et j’ai envie de partager cette passion avec vous tous ! De vous faire connaître mon univers, mes histoires, mes personnages…
J’aime l’action, le mystère, et plus que tout, jouer avec les sentiments de mes personnages, leur faire subir mille outrances ! Vous retrouvez un peu de tout cela dans mes romans.
Si j’avais un dernier mot à vous dire, ce serait de ne pas hésiter à donner votre avis si vous avez aimé un livre, quel qu’il soit ! Partagez-le sur Facebook, laissez votre avis sur le site de l’auteur et sur les sites communautaires, aidez-le à se faire connaître ! Si vous voulez prouver à l’auteur que vous avez aimé son livre, ceci est la plus belle preuve que vous puissiez lui faire !
https://www.facebook.com/delphinewys?fref=ts https://twitter.com/Esoterica59 https://plus.google.com/114918682105917516832/posts http://www.delwys.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire