samedi 1 mars 2014

L'interview de Tiffany Schneuwly


Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour ! C’est à moi de te remercier de me faire un peu de place sur ton blog !

Comment as-tu commencé à écrire ? Qui te lisait au début ?
Quand j’étais petite, ma maman me racontait souvent des histoires pour m’aider à m’endormir. Au fil du temps, mon imagination a pris le dessus. J’ai commencé à modifier les histoires qu’on me racontait, puis à créer les miennes. Comme elles prenaient peu à peu trop de place dans ma tête, j’ai ressenti le besoin de les mettre par écrit, et c’est de cette manière que ma plume et moi sommes devenues inséparables ! Et comme ma maman a indirectement déclenché en moi cette envie d’écrire, elle est également devenue ma première lectrice.

Quel est ton genre favori ?
Le fantastique restera toujours mon genre de prédilection. Que l’imaginaire soit plus poussé, ou simplement en filigrane, ça m’est égal, du moment que l’histoire est bien ficelée.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
En général, quand une idée pointe, je la laisse se développer dans un coin de ma tête. Ça peut durer quelques mois. Et dès que le projet devient un peu plus tangible, je commence à le mettre par écrit. Je fais des fiches descriptives pour les personnages puis je rédige un schéma narratif pour que je sache dans quelle direction aller lorsque je commence à écrire l’histoire.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
J’ai commencé à écrire à la première personne puis, pour essayer une fois quelque chose de nouveau, je me suis lancée dans des récits racontés à la troisième personne et j’avoue avoir une large préférence pour cette option qui, selon moi, laisse beaucoup plus de liberté.

Quels écrivains admires-tu le plus ?
Avant de commencer à écrire, je me limitais à des auteurs connus. Dans mes auteurs fétiches, je peux notamment nommer J.K. Rowling, D.J. MacHale, Annie Pietri, Serge Brussolo, Pierre Bottero, Marc Lévy. Les romans de ces auteurs m’ont accompagnée depuis l’enfance jusqu’à aujourd’hui, et j’aime penser qu’ils ont peut-être aidé à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui. Mais depuis que j’ai été publiée par de petites maisons d’édition, j’ai découvert des auteurs peu connus mais pas moins bourrés de talent. Alors, à la liste des écrivains que j’admire, je peux ajouter des personnes comme Frédéric Livyns, Emilie Witwicki-Barbet, Cindy Mezni, Mathieu Guibé, Sophie Jomain, Aurélie Mendonça et j’en passe ! La liste est longue et je suis heureuse d’avoir mis les pieds dans le monde de l’édition pour ouvrir les yeux sur de tels trésors !

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
A mon avis, ce qui rend un personnage crédible, c’est sa profondeur, le fait qu’il ait un caractère bien à lui, des habitudes qui le définissent… Il faut que le lecteur puisse se dire qu’il aurait très bien pu croiser ce personnage dans la vie réelle, qu’une fois le livre fermé, il continue à vivre sa vie et à exister.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
J’écris avant tout pour moi, parce que j’ai ce besoin de m’évader et que l’écriture m’a permis d’exorciser bien des peines et d’oser avancer dans la vie. Mais je dois avouer que, depuis que je suis lue, j’écris bien évidemment aussi pour mes lecteurs.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Bien sûr qu’ils me servent ! Si, au début, ils n’étaient pas faciles à accepter et me peinaient parfois, j’ai bien vite compris qu’en tenir compte me permettrait de m’améliorer et d’avancer.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui. Avant de me lancer dans un nouveau projet, je discute de mes idées avec plusieurs personnes, notamment Sarah Bertagna (illustratrice) avec qui je collabore pour de nombreux récits. Et puis, avant de soumettre un manuscrit à un éditeur, je fais souvent appel à des bêta-lecteurs. En général, je poste un message sur Facebook pour rechercher des volontaires. Je dois avouer qu’ils sont bien plus faciles à trouver depuis que j’ai publié des romans !

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Non, c’est rare. J’ai l’impression d’écrire beaucoup mieux quand je ne me fixe pas de contraintes. L’inspiration va et vient comme elle l’entend, il est difficile de l’apprivoiser. J’aime autant être à sa disposition quand elle se présente !

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
J’écris toujours dans les mêmes conditions : bien installée sur le canapé de mon salon, mon ordinateur portable sur mes genoux et la télé allumée. J’ai besoin de bruits de fond autour de moi pour pouvoir écrire. Je ne pourrais pas écrire dans un silence total. Et la musique ne m’aide pas non plus, il y a trop de risques que je me mette à chanter au lieu de poursuivre mon récit ! :-p

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
En général, j’écris directement sur l’ordinateur. Mais j’ai toujours un petit carnet sur moi dans lequel je griffonne les idées qui me passent par la tête quand je ne suis pas chez moi.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Globalement, elle a été bonne. Il faut dire qu’avant de me lancer dans l’édition, je me suis bien renseignée sur les contrats qu’on me proposait. J’ai eu la chance d’avoir Jean-François Haas comme professeur lors de mes études. Comme il est publié chez un grand éditeur (Le Seuil), j’ai pu bénéficier de ses conseils et je suis très contente de les avoir suivis !

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur plusieurs projets. Mais, actuellement, le plus important s’appelle «Dévore-moi !». Il s’agit d’une saga fantastique mettant en scène Maddy Angéloz, une jeune fille de 16 ans qui part à la recherche de l’âme volée de sa petite sœur. Sa quête va l’emmener dans un monde fantastique nommé l’Imaginarium. Sarah Bertagna m’a suivie dans ce projet et m’aide à le rendre plus réel par le biais de ses magnifiques illustrations. Vous pouvez d’ailleurs déjà les découvrir sur mon site internet et sur la page Facebook créée pour le projet.

Le dernier mot est pour toi…
Si vous souhaitez en savoir plus sur mes projets, n’hésitez pas à visiter mon site internet et à me retrouver sur Facebook !

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire