samedi 1 mars 2014

L'interview de Céline Thibaut


Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour à toutes et à tous et merci à toi de m’accorder cette interview.

Comment as-tu commencé à écrire ? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé à écrire en 2010. Ce fut d’abord un jeu avec un ami sur facebook. Tout deux passionnés par les romans de Fantasy, nous avons commencés à écrire chacun notre tour un paragraphe. Puis de fil en aiguille, les paragraphes se sont transformés en chapitre pour finir en un roman complet. Depuis ce jour, je suis devenue accro à l’écriture.

Quel est ton genre favori ?
Je n’ai pas spécialement de genre favori, j’aime réellement tout type de lecture.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
J’attends tout simplement qu’une idée me vienne pour me lancer. Rester des heures devant son ordinateur à réfléchir sur un thème n’est pas mon genre. Pour chacun de mes romans, cela m’est venu spontanément et toujours de façon incongru (en voiture, au petit déjeuner ^^).

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Sans hésiter à la première personne mais je me suis essayé au deux.

Quels écrivains admires-tu le plus ?
La grande Céline Thibaut, non je plaisante bien sûr.
Oulà il y en a tellement, même des jeunes auteurs inconnus, je vais tout de même faire une petite liste.
J’aime beaucoup : Mireille Calmel, Anna Gavalda, Céline Guillaume, Bleuette Diot, Philippe Pourxet, Pierre Brulhet, Samuel Delage, Nicolas Sparks, Marc Levy, Guillaume Musso, Fabrice Pichon, Thierry Cohen, Mathieu Guibé… et tellement d’autres dont je suis honteuse d’avoir omis de citer. Côté grand auteur classique, c’est sans conteste J.D. Salinger mon chouchou J.

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Tout dépend du contexte et de l’histoire. J’aime avoir des personnages avec des caractères complètement différents. Dans mon dernier roman, mes lecteurs masculins apprécient particulièrement un personnage secondaire qui est une nymphomane (qui l’aurait cru ^^).

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Sincèrement, j’écris pour moi-même car cela me procure un réel plaisir. Si jamais mes livres ne connaissent aucun succès, je m’en fiche, j’ai passé un super moment d’écriture.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Bien entendu, toute critique est bonne à prendre du moment que celle-ci soit constructive.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui même avec plusieurs. Je choisis des personnes droites qui osent me dire « là franchement Céline ça va pas du tout ».

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Pas du tout, je peux rester des mois sans écrire. Par contre, lorsque j’ai une idée en tête, je peux boucler le roman en 2 mois car je deviens alors une acharnée.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
J’écris de partout, j’ai toujours mon petit calepin sur moi. Par contre, il est vrai que j’ai un endroit favorable à ma pause détente écriture, c’est dans un bon bain bien chaud, avec une petite musique douce en fond sonore.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris tout d’abord sur papier, comme ça, lorsque je tape ce que j’ai écrit, je m’aperçois des fautes commises et à chaque fois, je change une tournure de phrase ou en enlève, etc.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Je ne sais que répondre. La plupart du temps, j’ai été déçu et c’est bien pour cela que je me suis tourné vers l’auto-édition. Mais je ne désespère pas, je pense qu’il existe de bonnes maisons d’éditions, il faut juste mettre la main dessus.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Mon défi est d’essayer d’écrire tout genre de romans. J’ai commencé par du Fantasy, ensuite je me suis essayé au contemporain, j’ai ensuite écrit un thriller fantastique, puis un roman à la fois fantastique et historique sur un évènement français qui est la bête du Gévaudan.
Mon nouveau défi est un roman contemporain humoristique.

Le dernier mot est pour toi…
Merci à tous ceux qui croient en moi, à tous mes lecteurs fidèles et leurs avis chaleureux et aux personnes comme toi qui nous laisse l’occasion de nous exprimer.
Et merci aux correcteurs d’orthographes car sans eux, mes livres seraient une calamité J.

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)
Merci à toi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire