samedi 1 mars 2014

L'interview de Charlène Gros-Piron


Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour ! Merci à toi de me les poser !

Comment as-tu commencé à écrire ? Qui te lisait au début ?
Je ne m’en souviens pas particulièrement bien… C’était en vacances, j’ai eu envie de coucher sur le papier mes idées, et j’ai écrit d’un seul coup une cinquantaine de pages, il me semble. Et personne ne me lisait, à part peut-être ma meilleure amie !

Quel est ton genre favori ?
J’aime beaucoup le fantastique !

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Mon processus créatif ? Fichtre, ça me parait tellement compliqué, pour décrire ce que je vis ! On ne peut pas réellement parler de processus, ou de quoi que ce soit du même genre… J’écoute de la musique, je vois quelque chose… tout peut me servir d’amorce pour que mon imagination foisonne ! Généralement, avant que je ne pose en mots une histoire, il se passe de longs mois. Je vis longtemps avec mes personnages avant de les confier à la feuille…

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
La première, même si je me suis très récemment découvert une belle affinité aussi avec la troisième !

Quels écrivains admires-tu le plus ?
Alexandre Dumas, indéniablement, qui est pour moi un maître dans l’humour dissimulé et l’aventure… Théophile Gautier, avec sa poésie… Jamie McGuire, pour son histoire possible et qui m’a coupé le souffle… Christopher Paolini, pour toute sa saga, son univers, tout ! Oh, et Max Gallo pour savoir si bien mêler fiction et Histoire, aussi bien par le roman que par la plume.
Il y en a tellement !

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Pour moi, ce sont les petits riens qui rendent crédibles les personnages. Les petits tics nerveux, les habitudes… Les traits de caractères, aussi, plus ou moins cohérents. Comment je les crée ? En m’inspirant de mon entourage, en les mélangeant, et souvent, par rapport à mon personnage principal. Je ne les crée par vraiment, en fait… Ils viennent à moi et m’expliquent un peu comment ils sont.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
C’est une très bonne question ! Pour le Seigneur, peut-être, voire même très certainement… pour moi, je ne sais pas.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Tout le temps ! Je m’en sers pour rebondir, pour m’améliorer. On n’est jamais parfait, mais on peut toujours mieux faire avec l’aide des autres. Et puis ça crève l’orgueil. C’est très bon pour l’humilité !

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui, ça m’arrive ! Avec plusieurs, même, toutefois très peu… Je teste des amorces, par-ci, par-là…

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Pas vraiment. J’écris parce que ça m’est nécessaire, alors sauf si j’ai un ultimatum pour x raison, je laisse tout arriver… l’encre de ma plume couler à son rythme et ça nous va très bien toutes les deux !

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
Favoriser ma concentration quand j’écris… C’est bien plutôt lorsque je n’écris pas que j’en aurais besoin ! Il me faut en général de la musique, bien que cela ne soit pas essentiel, ma plume fétiche, bien que je sache aussi m’en passer, et par contre… la plupart du temps, il me faut mon petit cahier en cours. Un joli petit cahier plein de pages ! Et ensuite, sur ordi, seulement mon document word et encore un peu de musique.
Ecrire, c’est comme respirer ! Il n’y a besoin que de peu pour que ça marche, chez moi…

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
D’habitude, j’écris d’abord sur papier, j’aime beaucoup tracer des pattes de mouches. Seulement, c’est un premier jet total, sans discontinuités. Ensuite, je retape tout sur ordinateur, ce qui me permet d’améliorer le premier jet, puis je relis encore et ensuite… direction les bêtas !

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Je dirais… diverse. Mon premier roman a été publié dans une maison d’édition à compte d’auteurs (si on peut réellement appeler ça une maison d’édition, hein), et j’ai été plumée comme une dinde pour Noël. Donc particulièrement mauvaise pour un premier pas, néanmoins, il m’a permis d’arriver au point où j’en suis aujourd’hui ! J’ai aussi essayé plusieurs grandes maisons, après tout, qui ne tente rien n’a rien, et essuyé un bon nombre de refus. Et puis je suis tombée sur les Editions Valentina et alors là… ça s’appelle de la magie. Tout simplement !

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Sur ma première saga, Les Originels, que je remets au goût du jour avec plus ou moins de difficultés, je dois l’admettre. Néanmoins, je suis tellement enthousiasmée que ma motivation reste au top !

Le dernier mot est pour toi…
Pour moi ? Ouhlà, ça devient plus compliqué, d’un seul coup ! J’avais des tas de choses à dire… J’ai tout oublié ! Diantre ! Bon… Je vais peut-être juste te et vous livrer une citation des Originels, que je trouve super belle (non, mes chevilles vont particulièrement bien !! Promis !).
« L’espoir est libre. Vous aurez beau essayer de le brider au maximum, comme un souffle, il trouvera toujours un endroit pour se faufiler. Il fuit pour vous sauver. »
Alors à vous tous, qui me lisez là, maintenant… Ne cessez jamais d’espérer. Les rêves deviennent parfois réalité. Merci à vous tous de m’avoir emmené aussi près des étoiles ! Priez pour que je ne me heurte pas à l’une d’entre elles, la douleur en serait abominable et la chute quasi intolérable. Merci, merci infiniment. ♥

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire