mercredi 16 mai 2018

Interview 🎤 Cendrine Roca









Interview réalisée le 03 févr. 2018
Bonjour et merci d’accepter de rĂ©pondre Ă  ces quelques questions



RĂŞveuse, Ă©motive, impulsive, entĂŞtĂ©e. 



Avant d’ĂŞtre Ă©ditĂ©(e), comment imaginiez-vous votre vie d’auteur(e) ?
Très franchement, je ne l’imaginais absolument pas.
Dans cette vie d’auteur(e), qu’est-ce que vous prĂ©fĂ©rez ?
Avoir Ă©tĂ© dans la capacitĂ© d’Ă©crire un roman. Wouha ! J’y suis arrivĂ©e ! Youpiii !
J’apprĂ©cie Ă©galement les retours de mes lectrices. Des battements de cĹ“ur affolĂ©s Ă  chaque fois…
Et que trouvez-vous le plus difficile ?
Lâcher prise, poser les mots de la fin. Laisser partir Alexandrine… Un passage compliquĂ©.
Quand avez-vous pris la dĂ©cision d’Ă©crire votre première histoire ?
En fin d’annĂ©e 2016. L’histoire d’Alexandrine est venue brutalement se bousculer en moi. Il fallait que je l’exprime. Elle dĂ©bordait.
Être édité(e), rêve ultime ou aboutissement ?
C’est Ă  la fois un rĂŞve, j’ai longuement doutĂ© de mes capacitĂ©s Ă  Ă©crire cette histoire. De parvenir Ă  la terminer, Ă  trouver les mots. Mais ils sont finalement intarissables… Mais aussi un aboutissement, on fouille en soi, on s’acharne, on se dĂ©passe afin de se donner les moyens de concrĂ©tiser ce projet. L’Ă©criture est aussi exaltante que maltraitante.
Comment voyez-vous votre avenir d’auteur(e) ?
Je ne me projette pas dans l’avenir. Je vis l’instant prĂ©sent. J’ai Ă©crit l’histoire d’Alexandrine. J’ai vĂ©cu pleinement cette aventure… Je viens de terminer le second tome, la suite et fin. Il est actuellement en prĂ©paration et sera publiĂ© en Mars. Je sais que plein de belles choses m’attendent encore comme j’ai conscience que je n’Ă©crirai peut-ĂŞtre jamais plus. Je n’ai pas de prĂ©tention de carrière. J’ai pris ce qui se prĂ©sentais Ă  moi, ni plus, ni moins. Aucune attente particulière, le prĂ©sent me suffit.
As-tu des rituels avant de te mettre Ă  Ă©crire et pour favoriser ta concentration ?
La musique sur les oreilles : Say Something (A Great Big World et Christina Aguilera). Ainsi, je plonge radicalement dans l’histoire et Hop ! C’est partie ! Mais je peux Ă©galement Ă©crire de partout sans musique : Salle d’attente, file d’attente… J’ai toujours eu la trame de mon histoire, ma plume l’a suivi.
Tu es plutôt première ou troisième personne ?
Première. C’est important pour moi. Je m’identifie Ă  mes personnages. Je les vis. Totalement.
Comment crĂ©es-tu tes personnages ? Les laisses-tu s’imposer Ă  toi ou les crĂ©es-tu en dĂ©tail avant de commencer Ă  les faire vivre dans ton histoire ?
Je les visualisais tous très distinctement dès le dĂ©part. Ils se sont imposĂ©s Ă  moi avec leur sourire charmeur. Je les ai aimĂ©s dès le premier instant…
Comment gères-tu les avis (négatifs ou positifs) ? Mais surtout, les utilises-tu pour améliorer ton histoire ?
Les avis sont très importants, bien Ă©videment. Les positifs sont enivrants, complètement. Des tonnes de mots dĂ©diĂ©s Ă  Alexandrine…Quel bonheur ! Les nĂ©gatifs, bien emmenĂ©s, sont aussi constructifs. Au moment oĂą j’ai fait le choix de m’exposer, j’ai acceptĂ© que mon univers ne soit pas adhĂ©rĂ© par tous. J’ai ma propre perception de l’amour et de la passion telle que je l’ai Ă©crite. Ma propre plume Ă©galement. Normal que certains ne l’apprĂ©cient pas, nous sommes tous diffĂ©rents. Et heureusement. Quelle monotonie, sinon ! L’histoire d’Alexandrine a toujours Ă©tĂ© claire. Rien ni personne n’aurait pu la changer. Elle devait s’Ă©crire ainsi.
Niveau Ă©criture, tu es plutĂ´t Ă©criture au feeling ou alors planning d’Ă©criture ?
Lorsque j’ai le temps. Une organisation afin de boucler la journĂ©e et se consacrer Ă  l’Ă©criture. C’est rĂ©ellement un sacrifice de notre temps. J’ai toujours des carnets Ă  proximitĂ© pour noter çà et lĂ , des mots, des phrases, ce qui me passe par la tĂŞte. C’est souvent le soir que je peux rejoindre ma bulle.
Tu es plutĂ´t Ă©criture sur ordinateur ou Ă©criture papier/stylo ?
Le premier tome a Ă©tĂ© Ă©crit Ă  la main. Les doutes, toujours et Ă  l’origine, je ne songeais absolument pas Ă  publier. J’Ă©crivais pour moi. Puis, progressivement, l’histoire s’est dessinĂ©e sous mes mots… 3 semaines pour le taper Ă  l’index. Une horreur. Mon mari m’a offert une tablette. Je suis passĂ©e Ă  l’Ă©criture tactile pour le tome deux. Un gain de temps prĂ©cieux.
Si tu peux nous en parler, sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
La prĂ©paration de mon second tome « Et si l’aube nous appartenait », tome deux. Il prend forme progressivement. L’illustration est terminĂ©e, j’attends la couverture et sa 4ème de couverture. ClichĂ©, remerciements, dĂ©dicace ont Ă©tĂ© envoyĂ©s. Hâte de le dĂ©couvrir. Un grand moment pour un auteur… Ensuite, corrections, signature du BAT et impression. Et enfin, il sera lĂ , dans mes mains… Des larmes encore sont Ă  prĂ©voir. Mais de bonheur, c’est certain.
Premier souvenir d’enfance ?
Un poupon reçu Ă  NoĂ«l (pas très au point pour taper les trĂ©mas), il m’a littĂ©ralement Ă©merveillĂ©e.
Première qualité ?
La gĂ©nĂ©rositĂ©. On me le dit et me le rĂ©pète souvent…
Premier conseil aux apprentis auteurs ?
Croire en soi. (Complètement paradoxal avec mes doutes tenaces et persistants)
Premiers fans ?
Mon Mari je pense. MĂŞme s’il a attendu pour me lire. Cette dĂ©marche Ă©tait compliquĂ©e pour lui. Il m’a, dans tous les cas, toujours soutenu et a eu des mots très touchants Ă  mon Ă©gard.
Première dédicace ?
Au Salon de Paris en Mars 2017. J’ai commencĂ© fort… Une Ă©norme pression. Mon roman Ă©tait fraĂ®chement publiĂ©, Ă  peine deux semaines. Un souvenir impĂ©rissable.
Premier livre ?
« Les noces barbares » de Yann Queffelec. Un vĂ©ritable plongeon dans les profondeurs de l’âme. J’Ă©tais adolescente, je dĂ©couvrais la littĂ©rature.
Dernier livre lu ?
« Innocence volĂ©e » de CĂ©lĂ©na Ritz. Un rĂ©cit bouleversant.
Dernière chanson écoutée ?
LĂ , tout de suite alors que je rĂ©ponds : Sleeping at Last « Total eclipse of the heart ». Elle est citĂ©e dans mon roman…
Dernier coup de gueule ?
Il y en a tant… L’impulsivitĂ© se confirme.
Dernier achat livresque ?
« Rocking Hearts : quand le destin s’emmèle » de J.M. Pery.
Dernier compliment reçu ?
Je t’aime…
Dernier fou rire ?
Avec ma meilleure amie, au tĂ©lĂ©phone, ce week-end. Avec elle, l’existence est toujours plus belle et joyeuse.

Un animal ?
Un éphémère. Parce que le nom me plaît, simplement.
Une chanson ?
« Somebody Else’s Guy » de Jocelyn Brown. Les multiples tonalitĂ©s de cette chanson correspondent complètement Ă  ma personnalitĂ©.
Une ville ?
Lyon. Mes racines.
Un pays ?
Le Maroc. LĂ  oĂą l’histoire d’Alexandrine a dĂ©butĂ© sous mes mots.
Une saison ?
L’automne. Empreinte d’une douce mĂ©lancolie.
Une devise ?
Je ne sais pas si elle existe : « Nous avons tous un trĂ©sor en nous, suffit de le trouver ».
Une odeur ?
L’odeur de mon homme. Sans hĂ©sitation.
Une couleur ?
Le noir. Toujours. Il me colle Ă  la peau depuis mon adolescence.
Une fleur ?
La rose des neiges. Elle ne fleurit que l’hiver Ă  l’inverse des autres.
Une date ?
Le 12 DĂ©cembre 2000. Jour oĂą mon fils a vu le jour.
Échoué(e) sur une île déserte, je voudrais avoir ?
La liste risque d’ĂŞtre très longue… Vous ĂŞtes sĂ»r de vouloir savoir ? C’est super clichĂ©…
Mon sèche-cheveux, ma brosse ronde, ma crème hydratante, mon Labello… Inutile de continuer, je pense. Dans mon barda, j’embarque Ă©galement stylos et papier.
One shot préféré (livre en 1 seul tome) ? Pourquoi ?
« Lame de fond » de CĂ©cilia Dutter.
La force de cette femme qui dĂ©cide de son destin m’a touchĂ©e.
Saga préférée ? Pourquoi ?
Twiligth. Je ne suis absolument pas adepte de vampires et compagnie, mais cet amour impossible, si intense construit de sa seule force le possible. Une notion Ă  laquelle je crois.
Et puis, Twiligth c’est des heures d’attente dans le froid avec ma sĹ“ur et des amies… de magnifiques souvenirs bordĂ©s de rires.
Héros livresque préféré ? Pourquoi ?
Duke, mari d’Allie tirĂ© du livre « N’oublie jamais » de Nicolas Sparks. Il n’aura de cesse de lui narrer leur amour.
Héroïne livresque préférée ? Pourquoi ?
Hazel, tirĂ©e du livre « Nos Ă©toiles contraires » de John Green. Une amoureuse de la vie.
Couple livresque préféré ? Pourquoi ?
Teresa et Garret tirĂ©s du livre « Une bouteille Ă  la mer » de Nicolas Sparks. Touchants.
Auteur(e) préféré(e) ? Pourquoi ?
Je n’ai pas d’auteur prĂ©fĂ©rĂ©. Je dĂ©couvre des univers et des plumes.
Combien de livres dans votre bibliothèque ?
Trop pour une seule vie.
Une vie sans livre, c’est…
Une vie sans rĂŞve.
Donnez-moi vos 7 mots préférés et expliquez votre choix
1. Amour : J’en suis amoureuse.
2. Intense : C’est mon carburant.
3. Amitié : ça fait partie de mon équilibre.
4. Mots : Je les aime tellement…
5. Je t’aime : Parce qu’on ne le dira jamais assez.
6. Youpiii ! : C’est tout moi.
7. Merci : Ne me demandez pas pourquoi.
Livre papier et/ou numérique ? (lecture)
Papier. On m’a offert rĂ©cemment une liseuse. Parfaite lors de dĂ©placements.
Cahier et/ou ordinateur ? (Ă©criture)
Les deux.
Musique ou pas ? (lecture)
Sans.
Musique ou pas ? (Ă©criture)
Toujours ou presque.
Thé ou café ?
Ni l’un ni l’autre.
Matin, après-midi, soir ou nuit ? (lecture)
Quand j’ai le temps…
Matin, après-midi, soir ou nuit ? (écriture)
Idem. Mais finalement, surtout soir et nuit.
Bibliothèque, librairie, bouquiniste, brocante ou grande surface ? (achats livresques)
Amazon, librairies.
Le dernier mot est pour toi…
Mes remerciements pour cette interview et cet intérêt envers le petit auteur que je suis.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés