samedi 1 mars 2014

L'interview d'Émily Musso


Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Merci à vous de vous intéresser moi et à mon roman.

Comment as-tu commencé à écrire ? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé à écrire quand j’étais enfant. Je vivais dans un endroit assez reculé, à la campagne, et je m’ennuyais beaucoup. De là, mon imagination a commencé à se développer. Au départ, ce fut mes parents, mes amis et mes profs qui ont lu mes quelques nouvelles, contes et poésies.

Quel est ton genre favori ?
Bonne question, je n’ai pas de genre favori, je m’intéresse à beaucoup de choses, je suis curieuse de découvrir de nouveaux univers, même très éloigné du mien. Je peux très bien lire un roman fantastique, comme une romance historique ou un bon polar. J’ai toujours une préférence pour les romans tristes, violents et sombres.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
J’aime me retrouver dans le calme et l’obscurité, créer une ambiance avec quelques bougies par exemple ou une lumière tamisée. Puis, je pense à un endroit en particulier où j’aimerais me retrouver. Un lieu où j’ai de bons souvenirs. Là, des émotions me reviennent, un bien-être aussi et comme par magie, mes personnages s’invitent dans ma tête et s’animent. L’histoire peut alors commencer…

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
À la troisième. Cela a été un vrai challenge pour moi d’écrire Erenn à la première personne.

Quels écrivains admires-tu le plus?
Oscar Wilde pour son génie, Baudelaire, Maupassant, Shakespeare et Victor Hugo pour les émotions qu’ils me procurent, Grangé parce que ses histoires me remuent bien.

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Il faut que l’Auteur maîtrise toutes les facettes de son personnage (physique, psychologie, réactions etc…) et qu’il parvienne à le retranscrire tel quel au lecteur. C’est un exercice difficile mais si cette partie n’est pas faite correctement, le lecteur passera à côté du personnage. Je pars du principe que tant que le personnage fascine, agace, donne envie de le secouer, ou crée une certaine addiction, c’est que l’auteur a bien bossé. L’indifférence en revanche serait un échec. Les miens, ça peut paraître étrange mais j’ai l’impression de tous les connaître. Pourtant, je ne me suis pas inspirée de mon entourage ou autre. C’est juste que je les ressens… J’ai l’impression de les connaître depuis longtemps.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Pour les âmes blessées, les personnes qui se sentent un peu à part dans ce monde où les gens vivent à cent à l’heure, où l’on vous juge sans prendre la peine de vous connaître, où l’on vous manipule sans cesse… Erenn s’adresse plus particulièrement aux rêveurs, à ceux qui aiment ou qui souhaitent découvrir l’Irlande, la mythologie celtique et les légendes. Aux amateurs de rock et de métal, aux gothiques et plus largement, à ceux qui aiment les histoires sombres avec des personnages torturés, des histoires d’amour complexes et des anti-héros.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Evidemment ! J’ai besoin d’avoir les retours de mes lecteurs, ce qu’ils ont aimé ou pas. C’est parfois très enrichissant et ça me permet de prendre un peu de recul sur mon roman. Les avis positifs m’encouragent, me redonnent confiance, me permettent de donner le meilleur de moi-même pour la suite. Les avis négatifs lorsqu’ils sont constructifs vont me permettre de voir où j’ai déçu. S’il est possible d’améliorer ces points dans les prochains ouvrages, alors tant mieux. Je ne changerai pas mon style d’écriture, mon histoire ou bien même le caractère d’un personnage à cause d’une critique mais je prends en considération les reproches qui me sont faits pour que les futures lectures soient plus agréables.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui, j’ai un comité de lecture composé de quelques personnes de confiance.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
J’essaie mais c’est sans doute la chose la plus compliquée à respecter. J’ai une vie très remplie, peu de temps libre et une imagination débordante ! Et je dois concilier tout ça ! Il me faudrait des journées de 72 heures au moins pour faire tout ce que j’ai à faire. Du coup, j’écris beaucoup la nuit et je dors très peu.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
En ce moment, de mes souvenirs de l’Irlande et d’un certain fétiche…

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris avant tout sur le papier puis je réécris derrière sur l’ordi. Toutes mes corrections se font aussi sur cahier. J’ai du mal à écrire sur écran. J’ai l’impression d’être beaucoup plus efficace le papier en main. C’est comme quand je lis, j’aime avoir le livre entre les mains. Je me sens beaucoup plus dans l’histoire et c’est un vrai plaisir.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
En fait, je n’ai pas démarché les grandes maisons d’Edition en pensant que leur comité ne lisait pas les petits auteurs non publiés. J’ai donc sélectionné quelques jeunes maisons dont la ligne éditoriale me correspondait (fantastique/littérature de l’imaginaire). J’ai acheté quelques livres de ces maisons pour me faire une petite idée. Quatre d’entre elles m’ont répondu favorablement pour Erenn, j’ai ensuite sélectionné la maison en fonction de ma priorité : celle qui mettait l’accent sur la communication. Car ce n’est pas tout de publier un livre, il faut faire beaucoup de communication autour pour qu’il ait le plus de chances d’être lu. Et depuis la sortie d’Erenn en décembre 2012, j’ai été au festival du fantastique de Bagneux et au prestigieux salon du livre de Paris pour le présenter alors je suis très heureuse de mon choix. De plus, nous avons une Editrice formidable, professionnelle et à l’écoute de ses auteurs, on se sent en confiance et c’est un plaisir de travailler ensemble.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Sur la suite et fin d’Erenn.

Le dernier mot est pour toi…
Je remercie tous les lecteurs pour leurs avis, positifs ou non, c’est toujours un plaisir de vous lire et encore plus de vous rencontrer. Beaucoup m’ont émue aux deux derniers salons. Si j’écris, c’est avant tout pour donner des émotions aux autres et quand un lecteur me dit que j’ai réussi à le toucher, alors j’ai rempli ma mission.

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire