samedi 27 février 2016

L'interview de Christian Boivin



Merci à toi de m’offrir cette opportunité de me présenter aux lecteurs de ton blog.
Mes premières expériences remontent à l’adolescence (on parle ici du milieu des années 80, ça te donne une idée de mon âge). J’étais un vrai maniaque des livres dont vous êtes le héros et de JDR (par exemple, Donjons & Dragons, l’œil noir), je n’en avais jamais assez, alors un jour j’ai commencé à écrire mes propres livres dont vous êtes le héros. Aucun de mes manuscrits n’a été publié, sauf que mes camarades de classe semblaient apprécier mes histoires. J’ai fini par délaisser l’écriture au bout de quelques années, mais sans le savoir j’avais allumé une petite flamme qui n’a cessé de grandir.
Toutefois, pendant ces années, j’ai toujours eu la tête pleine de mondes imaginaires, de monstres, de héros, d’aventures périlleuses, et en 20 ans cette petite flamme est graduellement devenue un brasier qui me brulait de l’intérieur. Rendu à la mi-trentaine, marié et père de famille, je me suis enfin découvert du temps libre pour moi. Alors j’ai plongé dans l’aventure : j’ai pris une infime partie de ces idées qui fourmillent dans mon imaginaire et j’en ai fait des histoires. Mes premiers lecteurs ont été, bien sûr, ma femme, ainsi que ma famille et ma belle-famille.
La Fantasy.
Même si j’écris de la Fantasy, je suis inspiré par tout ce qui m’entoure. J’ai souvent des « flash », des idées qui font « pop » dans ma tête à n’importe quel moment du jour. Au début, j’avais constamment un petit carnet avec moi pour prendre des notes, mais plus maintenant. Si l’idée est assez « forte », elle restera imprégnée dans mon imaginaire et je pourrai la noter dans mes documents le soir venu.
Pour créer mes histoires, je commence par créer mes personnages à l’aide de fiches personnelles, ainsi que l’univers dans lequel ils cohabiteront. Même si je suis un mauvais dessinateur, je prends quand même le temps de griffonner une carte, qui me servira de modèle visuel pendant l’écriture et qui pourra aussi générer d’autres idées. Puis je monte le plan de l’histoire, qui se trouve à être un mélange de schéma narratif et de schéma actanciel.
Quand je m’installe finalement derrière l’ordinateur pour la phase écriture, je relis les 5 ou 6 dernières pages de mon manuscrit, puis je consulte mon plan à l’endroit où je suis rendu dans l’histoire pour savoir quoi raconter par la suite.

À la troisième personne, mais je me débrouille bien aussi à la première personne, puisque Sokar, le héros de ma série L’Ordre des moines-guerriers Ahkena, écrit régulièrement dans un journal intime. Certaines parties de l’aventure sont donc racontées selon son point de vue.
Aucun ! ☺ Je n’ai pas vraiment de modèle, même si le travail de quelques auteurs a exercé une certaine influence sur moi, comme par exemple Marion Zimmer Bradley, en particulier avec sa série Darkover (la romance de ténébreuse).
J’essaie de les rendre le plus « vivants » possible. Pour mes personnages importants, je crée des fiches où je dresse une description physique et psychologique la plus détaillée possible, avec leurs aspirations, leurs qualités et défauts (je déteste les personnages trop parfait). Je leur invente une biographie, puis j’inscrits les relations qu’ils ont eues ou qu’ils auront avec le héros et les autres personnages importants. Au moment de l’écriture, j’essaie de me mettre dans la peau de ce personnage, un peu comme un acteur le ferait, et j’essaie d’imaginer comment il réagirait face aux diverses situations vécues, quelles émotions il ressentirait. Pour qu’un personnage soit crédible, ses actions et réactions doivent correspondre la plupart du temps à sa personnalité, même si n’importe qui peut agir de façon irrationnelle à tout moment.
Tout d’abord pour moi ! L’écriture est devenue une passion, un exutoire, un besoin vital. Toutes ces idées dans mon cerveau doivent sortir sinon ma tête va exploser ! Bien sûr, je le fais aussi pour mes lecteurs, surtout que plusieurs m’écrivent pour me dire qu’ils attendent la suite avec impatience. Je ressens maintenant de plus en plus ce désir de partager mon imagination fertile avec eux. Toutefois, je ne changerais jamais un élément de mon histoire pour plaire à un lecteur. C’est mon histoire, je dois être « en phase » avec elle.

Les avis positifs sont de l’énergie à l’état pur, ils apportent une motivation tellement différente de celle qui m’anime. Les avis négatifs, s’ils sont constructifs, peuvent servir à s’améliorer tandis que j’essaie d’ignorer les commentaires qui sont simplement méchants.
Oui. Avec ma femme. C’est une grande lectrice, elle lit beaucoup et elle lit de tout, elle me donne souvent de bons conseils. Elle m’encourage toujours à persévérer.
Oh non ! J’ai déjà un travail stressant, et qui exige parfois que je fasse des heures supplémentaires les soirs ou la fin de semaine. J’écris pour me divertir, pour me changer les idées, pour faire évacuer le stress. À mes yeux, l’écriture doit demeurer un plaisir et non pas devenir une corvée.
Principalement de musique, surtout dans le but de créer une ambiance en lien avec le passage de l’histoire que je suis en train d’écrire. Je m’installe souvent à la table de cuisine et je travaille sur mon ordinateur portable avec mon casque d’écoute. Il faut dire que j’ai une bonne capacité de concentration.

100% Ordinateur portable. Quand j’écris avec un crayon, je suis souvent incapable de me relire. ☺
Je n’ai connu que mon éditeur actuel (AdA). Ce sont des gens fantastiques, très dynamiques, et qui font un travail remarquable. Mes livres sont actuellement en processus de réédition en format poche chez Éditions Pochette (une filiale de Groupe Éditions AdA).
Je viens de commencer l’écriture d’une nouvelle série de Fantasy. Toutefois, le style sera très différent de celui de L’Ordre des moines-guerriers Ahkena, où l’histoire était très centrée sur Sokar, le héros. Il y aura moins de magie, moins de quêtes, moins de monstres, mais il y aura beaucoup plus de personnages, et avec autant d’aventures. L’intrigue sera axée davantage sur la monarchie. Je ne sais pas encore quel sera le titre de cette série, ni combien il y aura de tomes, ni combien de pages ou de mots chaque tome aura. J’utilise un processus d’écriture totalement différent pour cette nouvelle série et c’est très rafraichissant. Je suis hyper-motivé !
Si vous êtes amateur de Fantasy et que vous êtes blasé des histoires habituelles qui sont remplies de clichés tels que :
  • des nains alcooliques qui se battent à la hache.
  • des elfes avec leurs arcs et flèches.
  • des ogres, des orcs, des trolls, des dragons, et autres monstres trop fréquemment utilisés.
  • des personnages féminins incapables de se défendre, des princesses « nunuches » en détresse.
  • des héros naïfs altruistes qui sont trop parfaits, sans défaut, sans profondeur.
  • l’éternel combat entre le bien et le mal ; Deus ex machina.
Dans ce cas, je vous invite à lire mes histoires pour faire changement. Vous y trouverez un univers différent rempli d’action et d’aventures, ainsi que des personnages attachants.

http://christianboivinauteur.blogspot.ca https://www.facebook.com/christianboivinauteur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire