mercredi 23 décembre 2015

L'interview de Florence Chevalier



Bonjour et merci de m’avoir proposé cette interview !
J’ai vraiment commencé à écrire sérieusement en 2010. J’avais écrit des poèmes en anglais pendant l’adolescence, et j’ai eu envie de m’atteler à des projets d’écriture plus importants. Je me suis inscrite à un forum d’écriture pour voir ce que mes écrits valaient, et les retours m’ont donné envie de continuer.
Pendant mes études, j’ai surtout lu les classiques de la littérature anglophone. Ensuite, par goût, je me suis tournée vers la littérature Young Adults. À l’époque où je me suis replongée dans l’écriture, je dévorais beaucoup de romans zombiesques.
Mon genre favori reste probablement l’anticipation, j’aime imaginer des futurs probables et découvrir les versions proposées par d’autres auteurs. Récemment, j’ai aussi pris goût à la romance.
Quand j’ai une idée, je la note tout de suite pour ne pas qu’elle s’échappe. Si elle continue à me triturer le cerveau, c’est souvent que j’imagine certaines scènes, j’écris des premières ébauches de celles-ci. Puis, une histoire plus ou moins étoffée se construit peu à peu dans mon esprit, et je commence à écrire réellement.
En général, je préfère écrire à la première personne et au présent. Il suffit que j’essaie de me plonger dans la peau de mon personnage pour décrire ce qu’il voit, ce qu’il ressent, et le tour est joué (même si concrètement, c’est bien sûr un peu plus compliqué). Pour autant, j’écris aussi à la troisième personne, et même au passé, parce que j’aime bien varier les points de vue narratifs, et aussi tenter de relever des challenges en matière d’écriture, en bref, ne pas me cantonner à ce que je maîtrise.

Parmi les classiques, je citerais l’auteure canadienne Lucy Maud Montgomery, pour ses héroïnes Anne Shirley, Emily Starr et Valancy Stirling.
Je suis aussi fan de probablement toute l’œuvre de Pierre Bottero. Sinon, je lis toujours avec enthousiasme les romans de Joëlle Anthony, Amanda Hocking, Carrie Ryan et Susan Beth Pfeffer.
Parmi les auteurs français, j’aime beaucoup l’écriture d’Anne Rossi, de Silène Edgar et de Fanny André.
Un personnage m’apparaît crédible quand, grâce à la somme de tous les traits qui le décrivent dans un texte – son physique, son caractère, ses goûts, etc. –, il prend totalement vie dans l’esprit du lecteur. Les miens, je les construis peu à peu : j’ai souvent d’abord la couleur des yeux, un prénom, une caractéristique qui le distingue... Puis, à un moment ou un autre, j’arrive à le percevoir, ça devient presque comme un ami imaginaire, c’est pour ça que j’ai toujours quelques remords à faire souffrir mes personnages. ;)
Pour moi d’abord. Parce que j’aime ça. Trouver une idée, la développer, ça a quelque chose d’excitant. J’adore mettre un point final à un texte en étant satisfaite du résultat.
Oui, les avis des lecteurs me sont utiles. Les positifs me motivent et m’encouragent à poursuivre l’écriture. Quant aux mauvais, lorsqu’ils sont constructifs, ils me donnent des pistes pour m’améliorer.
Oui, j’ai une bêta-lectrice à qui je demande souvent son opinion sur mes projets. Je l’ai rencontrée grâce à un forum d’écriture, et elle est donc également auteure. Je trouve nos échanges très enrichissants, car ils sont réciproques. Elle m’aide beaucoup à prendre du recul sur mes projets, et donc à progresser.
Oui, enfin j’essaie de m’imposer une discipline, mais c’est souvent difficile de m’y tenir. Pour avoir de réelles chances d’avancer, j’essaie de me consacrer à un seul projet à la fois et d’écrire au moins 20 000 sec par semaine.

Ça dépend des moments, soit de la musique pour le premier jet, soit du silence pour le peaufinage. Internet peut être un bon moyen de me documenter, mais c’est surtout une énorme source de distraction.
Je prends souvent plein de notes sur des petits carnets ou des feuilles volantes, mais j’écris vraiment sur ordinateur. Je corrige la plupart du temps sur papier, car ça me permet d’avoir davantage de recul. Sur ce support, les défauts de mon texte apparaissent toujours de façon bien plus évidente.
Mon premier texte, une nouvelle, a été publié par les « Éditions Sortilèges », maison malheureusement disparue depuis. J’ai apprécié leur professionnalisme, notamment lors des corrections éditoriales.
Ma série SF « Plusieurs Reflets dans le Miroir » est publiée chez les éditions Valentina. Le T 1, « Celle que je croyais être », est paru en 2013, et le T 2, « Celle qu’on voulait que je sois », devrait paraître dans le courant du mois de novembre. C’est un petit éditeur, mais il respecte ses engagements, donc j’en suis satisfaite.
En ce moment, je travaille sur un roman New Adult. C’est un de mes premiers projets de romance, c’est un grand challenge pour moi, qui ai surtout écrit du Young Adults jusqu’à présent.
Merci pour cette interview, merci à mes lecteurs et à ceux qui croient en moi. J’espère que cette interview permettra à certains d’entre vous de découvrir mon héroïne Violette et la série « Plusieurs Reflets dans le Miroir » !

https://www.facebook.com/Florence-Chevalier-Officiel-402930273134340/ http://florenceetleslivres.blogspot.fr/ http://florence-edition.jimdo.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire