mercredi 30 décembre 2015

L'interview de Caroline Barré


Bonjour ! Tout le plaisir est pour moi.
Mes premiers essais remontent au primaire. À l’époque, mon public cible était ma mère. Le problème est qu’après avoir commencé mon histoire, dès que je lui avais raconté où je voulais en venir, je ne voyais pas l’intérêt de poursuivre l’écriture. Je laissais donc ces histoires inachevées. C’est en 2001 que je m’y suis prise autrement, ne dévoilant mon projet qu’après l’avoir écrit en entier. Mes premiers lecteurs furent alors ma mère et d’autres membres de ma famille que je savais bons lecteurs et capables de m’indiquer si des éléments restaient à améliorer.
Je ne m’arrête pas à un genre en particulier. C’est l’histoire qui m’attire, autant en lecture qu’à l’écrit. J’aime d’ailleurs mêler les genres.
J’ai l’habitude de laisser mijoter ou mûrir une histoire avant de m’installer pour l’écrire. Je la tourne et la retourne en tête à maintes reprises, j’en rêve la nuit et au réveil, ce qu’il en reste mérite d’être écrit. J’aime envisager les différentes tournures qu’une histoire peut prendre en cours de route. Souvent, je reste malgré tout surprise d’où m’entraînent mes personnages et je prends plaisir à les suivre.
Pour l’instant, c’est à la troisième personne, mais j’ai un projet qui nécessitera la première. Je verrai alors !
À l’époque, il y avait Nancy Cato et Stephen King. Aujourd’hui, il y a, pour ne nommer que ceux-là, Jean M. Auel, Diana Gabaldon, Pierre Caron, Chrystine Brouillet, Kathy Reichs et Jonathan Stroud.
C’est de leur laisser leur propre voix. Personnellement, j’attends qu’une image de chacun me vienne en tête et je perçois alors leurs traits de personnalité, leur caractère. En cours d’écriture, s’ils choisissent d’aller à l’opposé de l’histoire que j’ai pensée pour eux, je les laisse me guider.
J’écris d’abord pour moi. Ça peut paraître égoïste, mais il faut d’abord aimer écrire et aimer ce qu’on écrit pour pouvoir le partager aux autres. C’est ma règle d’or !
Bien sûr qu’il est important de tenir compte des avis négatifs clairement exposés et constructifs, de même que des avis positifs qui renforcent notre créativité et notre confiance en notre plume. C’est ainsi qu’on s’améliore constamment et on a toujours quelque chose à apprendre. Toutefois, il ne faut pas que ça aille à l’encontre de notre personne, de notre propre voix. Je sais aussi qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, donc je fais des choix, mais je n’écris pas en me mettant des barrières par rapport à ça. Il faut savoir trouver le juste milieu en toute chose.
Quand je parle d’un projet d’écriture à quelqu’un, ce n’est pas pour connaître son opinion, mais simplement pour le plaisir de le partager. Je sais déjà souvent où je m’en vais et je ne souhaite pas être influencée d’une quelconque manière sur l’orientation que je veux donner à mon histoire.
En raison de mon travail à la pige, c’est plutôt quand ça adonne que j’écris. Cependant, quand je suis lancée, ça avance vite et bien puisque le gros de mon histoire est déjà pensé.
Je n’ai aucun besoin particulier en termes de concentration. Je peux écrire autant en public qu’à la maison, avec de la musique ou non. J’ai cette facilité à entrer dans ma bulle même s’il y a du bruit et du mouvement autour de moi et même si on me pose une question. Il m’arrive alors souvent de répondre en terminant ma phrase ou mon idée.
Au début, j’écrivais surtout à la main, mais avec la contrainte du temps, mes derniers romans ont été écrits sur mon portable directement. On finit par s’habituer, même si le crayon et le papier restent mes médiums de prédilection et que je prends constamment des notes à côté. J’imprime seulement à la fin, pour une première relecture où je peux repérer facilement les phrases où j’ai pu oublier un mot, les termes qui accrochent ou les coquilles. Je transpose ensuite les corrections à l’écran et je relis, corrige et relis encore jusqu’à ce que je sois pleinement satisfaite de mon roman. Bon, j’avoue qu’il faut savoir s’arrêter puisque chaque fois qu’on retouche notre œuvre, on est porté à changer un mot ici et là, même lorsqu’il est imprimé !
J’ai commencé à compte d’auteur pour ensuite trouver une maison d’édition traditionnelle qui a fermé ses portes quelques années plus tard. C’est aujourd’hui, avec Les Éditions Québec-Livres, que je vis ma plus belle expérience à ce jour avec une équipe dédiée à ses auteurs et à leurs œuvres. Mes romans y connaissent un second souffle.
Je travaille à l’écriture du 5e volet de ma saga L’héritière de Salem : Les mémoires d’Abigail. Mes lecteurs l’espèrent depuis longtemps puisque la vie m’a apporté son lot d’imprévus.
L’écriture est une passion qui m’habite et dont je ne pourrais plus me passer. Je ne remercierai jamais assez mon éditeur de m’avoir offert cette chance de poursuivre cette belle aventure avec mes lecteurs. Et un merci spécial à tous les passionnés de lecture qui se sont laissé tenter par mes écrits et qui me suivent depuis.
Merci pour ton intérêt, Virginie !
https://www.facebook.com/Caroline-Barr%C3%A9-romanci%C3%A8re-1436348883339417/?ref=ts&fref=ts http://www.caroline-barre.com/
          Son site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire