mercredi 29 avril 2015

L'interview de Claire De Lille

 
Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour, c’est avec plaisir que je me prête au « jeu », merci de me l’avoir proposé.
Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé à écrire à l’école, dès que j’ai été capable de poser sur le papier toutes les histoires que j’avais dans la tête. Mes premières lectrices ont été mes copines de classe.
Quel est ton genre favori ?
Longtemps, ça a été le fantastique, le merveilleux et la fantaisie. Mais en fait, je suis une vraie « touche à tout » et en ce moment, je suis plus branchée romances et romans contemporains.
Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Mon processus créatif ? Bonne question… Je dirais que je laisse les choses se faire. Les idées me viennent souvent par surprise et je les accueille toujours avec plaisir. Je crée à l’instinct. Il m’arrive de passer beaucoup de temps à construire mon histoire dans ma tête, à la rêver, avant de passer à l’écriture. De même, quand je bloque sur un passage, je fais une pause et y travaille/rêve tous les soirs en m’endormant, jusqu’à ce que le problème soit résolu.
À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Cela n’a pas d’importance pour moi. J’utilise ces deux personnes sans me sentir mieux avec l’une ou l’autre. Le choix se fait seulement en fonction du style de texte et de la manière dont je veux raconter mon histoire. Par contre, si j’écris à la première personne, j’utilise le présent de narration, tandis que si j’écris à la troisième personne, ce sera le passé.
Quels écrivains admires-tu le plus ?
Il y en a tant ! J’admire tous les auteurs qui m’ont emportée dans leurs univers. Cependant, il y en a un qui a remporté la palme, c’est Alain DAMASIO, l’auteur de La horde du contrevent, un livre hallucinant, tant au niveau de l’histoire qu’au niveau du style et de la manière dont il est écrit. Une vraie leçon de français et d’écriture en plus d’une histoire originale, loin des sentiers battus.
Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Un personnage, pour être crédible doit faire vrai, même si c’est un être fantastique. On doit pouvoir croire en lui et pour ce faire, j’entre dans sa tête, je me place de son point de vue et je lui ajoute toujours une part de réalité. Quelque fois, un personnage s’invite tout seul dans ma tête, j’en connais alors les principales caractéristiques, quelques fois une personne que je croise dans la rue ou que je rencontre par hasard, me donne l’idée d’un personnage. En fait, je m’inspire de tout ce qui m’entoure pour créer, anecdotes, traits de caractère, qualités et défauts… J’emprunte à droite à gauche et fait un savant mélange de tout ça.
Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
J’ai longtemps écrit uniquement pour moi, sans partager mes écrits avec personne ou alors très (trop) rarement. Mais au bout d’un moment, je ne l’ai tout simplement plus supporté. Être lue est devenu primordial pour moi. Si écrire fait partie de tout mon être et si l’écriture m’a construite, le fait d’avoir des lecteurs a changé les choses. Pour résumer, je dirais que les deux sont indissociables : j’écris pour moi et pour les lecteurs.
Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Oui et non. Je m’explique. Bien entendu que les avis me servent. Positifs, ils me donnent des ailes pour continuer. Négatifs, même s’ils font mal, ils me donnent envie de me surpasser, de faire mieux la prochaine fois. Lors de l’écriture de ma série érotico-fantastique, par exemple, comme les épisodes sortaient et étaient « critiqués » avant les suivants, il m’est arrivé de prendre en compte certains avis pour écrire la suite. De même avant une publication, les avis des correcteurs et aussi des éditeurs sont pris en compte et m’aident à améliorer mon texte. Par contre, je ne me renierai jamais. Je sais qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et je ne changerai pas ma façon d’écrire pour satisfaire l’un ou à l’autre. Je suis ce que je suis et je le resterai.
Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Longtemps, j’ai écrit toute seule, comme je l’ai expliqué plus haut. Aujourd’hui par contre, je partage beaucoup plus. J’ai deux lectrices VIP (à qui je fais lire mes textes en avant-première) et je parle de mes projets autour de moi (famille, amis, et même quelques collègues). Cela dit, je suis une solitaire en ce qui concerne l’écriture, je ne fais lire mon travail qu’une fois qu’il est complètement achevé, du moins pour moi (c’est-à-dire quand je pense ne plus pouvoir aller plus loin et l’améliorer toute seule).
T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Non, pas de discipline en termes de calendrier ou objectifs. Écrire est avant tout un plaisir pour moi et je n’aime pas les contraintes. Si j’ai l’inspiration, j’écris, sinon, tant pis. Je prendrai le temps qu’il faudra pour venir à bout de mon projet. Par contre j’ai peu de temps pour écrire et donc, j’ai appris à différer et à maîtriser mon inspiration, afin de la contenir quand j’ai d’autres obligations, puis de la « relâcher » lorsque le moment est venu. C’est ça la discipline que je m’impose en écriture. Sinon, je m’oblige aussi à laisser reposer mon texte une fois le premier jet terminé et à le travailler et retravailler de nombreuses fois avant d’estimer qu’il est digne d’être lu par un tiers.
De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
J’ai une forte capacité de concentration, donc si j’ai le temps pour écrire, cela me suffit. Il peut y avoir du bruit, cela ne me dérange pas. Bon, lorsque c’est vraiment trop mouvementé autour de moi, je m’isole avec un casque et une musique qui correspond à l’ambiance de ce que je suis en train d’écrire et le tour est joué !
Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris essentiellement sur écran, oui. Je n’imprime plus beaucoup. Pour ainsi dire jamais. Comme je l’ai dit plus haut, j’écris d’abord un premier jet, puis je laisse le texte reposer plusieurs semaines avant de le reprendre. À ce moment-là, je le travaille et retravaille jusqu’à ce que je sois satisfaite du texte en lui-même. Je le réécris autant de fois qu’il le faut. Enfin, une fois que je suis certaine d’avoir terminé cette phase, je passe à la correction proprement dire, la traque des fautes et autres coquilles. Pour ce faire, je reprends le texte à partir de la dernière phrase et remonte jusqu’à la première. Cette méthode me permets de me détacher de l’histoire et donc de mieux voir les erreurs, même si je ne les trouve pas toutes… Alors il est temps de soumettre mon texte à mes premières lectrices, puis à des maisons d’éditions.
Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
J’ai eu l’occasion de rencontrer des maisons d’édition accueillantes et qui ont cru en moi. Tout d’abord les Editions Artalys et ensuite Edibitch. Je les ai choisies en fonction de leur ligne éditoriale qui correspondait à mes textes et j’ai tenté ma chance. Tout s’est bien passé avec chacune d’elle, j’en suis très heureuse et je les remercie chaleureusement toutes les deux.
J’espère que cela va continuer, mais j’ai bien conscience que rien n’est jamais gagné.
Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
En ce moment je travaille sur un roman plus long que les deux précédents (que l’on pourrait qualifier de mini roman pour Oh my phone ! et de roman court pour l’intégrale de Ceux qui attirent). C’est un roman que j’hésite encore à classer dans une catégorie. Je peux dire qu’il n’y aura rien de fantastique dedans, rien d’érotique non plus, qu’il y aura un peu de romance, un peu d’humour, un fond d’enquête policière et une héroïne un peu différente que j’espère très attachante. Je premier jet est pratiquement terminé et je suis très contente d’être arrivée jusque-là car cela n’a pas été facile. Je sens qu’il va se passer encore de longs mois avant que je sois satisfaite de moi…
Le dernier mot est pour toi…
Eh bien ce dernier mot sera « merci », merci de m’avoir accordé cet entretien, c’était un réel plaisir. Et merci aux lecteurs du blog de m’avoir lue. J’espère vous en avoir appris un peu plus sur moi et vous avoir donné envie de découvrir mon univers.
Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

https://www.facebook.com/jul.delille.5?fref=ts http://juldelille.wix.com/clairedelille https://plus.google.com/u/0/116443190806181789271/posts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire