samedi 11 avril 2015

L'interview d'Angéla Morelli

Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Bonjour à toi et merci de t’intéresser à mes bouquins ! :)
Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé à écrire fin 2012 : j’avais vu qu’Harlequin lançait une collection numérique francophone, HQN, et qu’ils avaient organisé un concours de nouvelles. J’ai participé avec une nouvelle écrite pour l’occasion, « Sous le gui », et j’ai eu la joie de faire partie des lauréates. À partir de là, tout s’est enchaîné, et j’ai écrit d’autres nouvelles et des romans pour cette maison d’édition.
Personne ne me lisait, donc, pour la simple et bonne raison que je n’écrivais pas. :)
Quel est ton genre favori ?
Ce que j’aime écrire par-dessus tout, c’est la comédie romantique. J’aime le mélange d’humour, de situations contemporaines réalistes (mes héroïnes ont des métiers intéressants, beaucoup d’amies, aiment sortir, mais sont aussi en proie à des questionnements existentiels, du type « pourquoi je n’arrive pas à rester en couple ? ») et d’amour. Je pense que c’est un genre qui permet d’être en phase avec son époque et de dresser, l’air de rien, le portrait des femmes d’aujourd’hui.
Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Rien. :) Je me contente d’ouvrir mon ordinateur, et vogue la galère.
Son premier roman, publié en numérique en décembre 2013
et en papier en février 2015.
À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Je suis spontanément plus attirée par la troisième personne, parce qu’elle permet une plus grande latitude au niveau du point de vue : j’aime bien avoir de temps en temps le point de vue de l’homme, qui forme un contrepoint instructif. Je me suis récemment essayée à la première personne pour une nouvelle qui sortira mi-mars et le processus m’a beaucoup amusée, il y a une espèce de jubilation à se placer dans la tête d’un personnage. Je vais peut-être réitérer dans une autre nouvelle.
Quels écrivains admires-tu le plus ?
J’ai une grande admiration pour Jane Austen, Charles Dickens, Stendhal, et plus près de nous Neil Gaiman ou Karen Marie Moning.
Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Pour qu’un personnage soit crédible, il faut qu’il soit réaliste, qu’on se dise : « elle/lui, je pourrais la/le rencontrer en vrai ». Le plus beau compliment des lectrices, c’est de me dire : « votre héroïne pourrait être ma copine, j’aimerais bien la rencontrer ». J’ai de la chance, on me le fait souvent. :)
Je créé mes personnages avant de créer une histoire. J’ai parfois l’impression que certains viennent toquer à la porte de mon imagination en disant « écris-moi une histoire ». Je les crée en fonction de quelque chose qui les définit de manière profonde, puis j’ajoute des détails. Par exemple, quand j’ai créé le personnage d’Emilie, l’héroïne de L’homme idéal (en mieux), je savais qu’elle était prof et seule avec sa fille. Son métier prend beaucoup de place dans sa vie et elle est seule parce qu’elle a été larguée, donc elle éprouve une méfiance tenace à l’égard des hommes. Ça, ça la définit. Ensuite j’ai ajouté des détails : elle est bordélique, insomniaque, caféinomane et déteste ses cheveux. Pour la rendre encore plus crédible, je lui ai donné un tic de langage : elle jure tout le temps, mais pas comme tout le monde. Et voilà, le tour est joué, j’ai créé un personnage réaliste et attachant. J’essaie de faire ça avec tous mes personnages. Pour les personnages secondaires, je leur donne une caractéristique qui les définit, afin que les lectrices les « identifient » immédiatement et un ou deux traits physiques.
Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Bonne question. :) J’écris pour faire rire et rêver, idéalement le plus de monde possible.
Sous le gui, la nouvelle avec laquelle tout a commencé.
Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Parfois, oui. Je lis les billets de blogs et les commentaires sur certains sites (comme Amazon, par exemple) et je fais le tri. Les avis qui se contentent d’exprimer un ressenti sont très louables mais pas vraiment utiles. En revanche, ceux qui expliquent ce qui leur a plu ou déplu peuvent l’être. Il y a parfois un décalage étonnant entre ce que j’ai écrit et la façon dont les lectrices le reçoivent, mais ça fait partie du jeu. Les avis positifs me donnent envie de continuer dans cette voie et les avis négatifs argumentés peuvent m’aider. Par exemple, plusieurs lectrices ont relevé que la fin de L’homme idéal (en mieux) était un peu expéditive, ce qui est vrai. Il y a une raison à cet état de fait et je me suis jurée de ne plus faire la même erreur. :)
Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
J’ai trois bêta-readers, des amis qui me lisent depuis le début. Ils sont peu nombreux et sont « spécialisés ». L’une est très forte pour les incohérences psychologiques, une autre pour tout ce qui est style, l’autre enfin a un regard acéré sur la construction narrative. Leur avis est très important pour moi, même si je ne l’écoute pas toujours. :)
T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Oui. C’est indispensable. J’ai un calendrier de commandes (HQN nous passe régulièrement des commandes pour des occasions spécifiques, comme la Saint Valentin, ou le Salon du Livre) et je me fixe des objectifs pour le reste. J’ai un planning annuel de ce que je veux écrire et je m’y tiens.
De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
J’ai juste besoin d’être dans ma bulle. Si je suis seule chez moi (ce qui n’est pas toujours le cas, puisque j’ai deux enfants), j’écris dans le silence. Si les enfants sont là ou que j’écris au café (ce qui m’arrive souvent), je mets des écouteurs et j’écoute le même album, voire la même chanson en boucle pendant des heures. La répétition favorise ma concentration.
Une nouvelle spéciale Saint valentin
Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris directement sur écran. J’ai toujours un cahier sur moi et j’y note les idées qui me viennent de manière impromptue. Il m’arrive aussi de prendre des notes sur mon iPhone. Je corrige toujours sur écran. Je ne corrige sur papier que les épreuves de mon éditeur.
Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Excellente. Je suis bien consciente d’avoir un parcours très atypique et d’avoir eu beaucoup de chance. J’ai été publiée sans avoir besoin de démarcher qui que ce soit, grâce au concours HQN-Nouveaux talents. Mes éditrices ont publié tout ce que je leur ai envoyé ensuite et me complimentent sans arrêt, ce qui est très agréable pour mon égo. :)
Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Je travaille sur une nouvelle érotique qui m’a été commandée par HQN (le thème est le rugby, miam) et sur le tome 3 de ma série des Parisiennes, consacré à Clara, la libraire.
Le dernier mot est pour toi…
Merci infiniment à tous ceux qui me lisent et qui ont transformé ce hobby tardif en véritable aventure ! Je suis toujours très touchée de voir le nombre de gens qui me lisent et qui apprécient ce que j’écris, de même que j’adore recevoir des messages de lecteurs. Merci, du fond du cœur.
La suite de "L'homme idéal (en mieux)",
qui sort en numérique le 12 mars 2105.
Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)
Merci à toi pour ces questions fort pertinentes !

https://www.facebook.com/pages/Ang%C3%A9la-Morelli/150137698489354?fref=ts https://morelliangie.wordpress.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire