samedi 1 mars 2014

L'interview de Françoise Grenier Droesch


Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Merci pour cette excellente idée.

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
Très jeune, je couvrais des pages de scénarios pour le théâtre, d'histoires sorties de mon imagination. Pour mon premier roman, c'est ma fille aînée qui l'a lu la première car c'est elle qui a tapé une bonne partie des chapitres sur le clavier d'ordi. J'ai appris ensuite le traitement de textes lorsqu'elle est partie étudier à Reims et ai pris goût à toutes les possibilités offertes par cet outil magique qu'est l'ordinateur.

Quel est ton genre favori ?
Le Fantastique et la Science-fiction. Ce genre me permet de m'évader de cette réalité qui me déplaît à un point que vous ne pouvez imaginer. À l'école, il paraît que je passais pour une sauvage aux yeux des maîtresses !

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’essaies à écrire ?
C'est le principe de la pelote de laine qui se déroule. Je ne contrôle rien, laisse venir les idées qui ont tendance à se bousculer et viennent la plupart du temps de mes rêves ou cauchemars.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Je n'ai pas de préférence. C'est l'histoire qui décide d'elle-même.

Quels écrivains admires-tu le plus?
Edga Poe, Lovecraft, Tolkien, Kafka, Stefen King et Lewis Caroll ainsi que beaucoup d'auteurs de SF.

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Mes personnages s'imposent à moi. J'essaie de me mettre à leur place, de vivre les situations, d'imaginer un espace où ils peuvent évoluer.
Rencontrez les personnages de Françoise en cliquant ICI

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Je crois que j'écris pour la petite fille que j'étais, pour me comprendre, pour moi-même en fait comme je le faisais lorsque je dessinais, comme une thérapie.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Un peu. On m'a dit que je privilégiais trop l'action, qu'il n'y avait pas assez de descriptions. Du coup, je soigne plus ce côté là : les sentiments des personnages, leur ressenti et les détails dans les décors, les lieux où ils se trouvent.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Depuis peu, j'envoie mes premiers jets à ma sœur qui est quelqu'un de pertinent et sincère.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Non, mais naturellement lorsque je participe à des concours, il y a toujours une date limite. Je suis donc obligée d'en tenir compte ! Lol !

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
Je n'ai besoin que de silence, ne pas être dérangée et c'est très difficile donc je privilégie la nuit (pas souvent car je travaille en journée) et les vacances scolaires.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J'ai découvert que d'écrire directement sur l'écran m'obligeait à tout de suite soigner mon écriture. De plus, il met à distance me donnant le rôle de lecteur. C'est très bizarre mais c'est ce que je ressens. Lorsque parfois (ou avant) je note sur papier, c'est couvert d'annotations de différentes couleurs et au bout d'un moment ça devient incompréhensible. Je ne fais que recopier pour la énième fois la même page sans jamais être satisfaite ! Maintenant, je gagne un temps fou !

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Assez décevante pour mon premier roman « Le Piano Maléfique », publié par « Le manuscrit ». Pour l'« Anthologie des Contes de Fées pour héroïnes d'aujourd'hui » chez « Les Roses bleues » avec ma nouvelle « Rouge-Cœur », cela s'est super bien passé. Je ne regrette rien car toute expérience nous apprend quelque chose et cette première « mauvaise » expérience m'a permis de me rassurer, d'aller vers les autres en participant à des salons du livre (avec Val Sombre édition entre autre et Val'JolyMaginaire), de rencontrer des auteurs avec lesquels il existe un vrai échange et cela a changé ma vie.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Plutôt des nouvelles car je n'ai pas de temps pour continuer mon deuxième roman qui risque de m'absorber à temps plein.

Le dernier mot est pour toi…
Mon maître mot serait persévérance pour aller au bout de ses rêves.

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)
Un grand merci à Un peu de lecture pour ce moment partagé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire