mercredi 22 juillet 2015

L'interview de Lina Carmen


J'écris depuis l'âge de 10 ans. Au collège, j'avais toujours la meilleure note en rédaction (la seule matière où j'excellais) et les professeurs aimaient lire mes rédactions à toute la classe. C'est le seul public que j'ai eu pendant longtemps. J'ai mis du temps avant de me faire lire. Ma première lectrice est ma mère puis les blogueurs sur le net.
La science fiction.
J'ai des histoires plein la tête. Chaque jour elles occupent mes pensées. J'ai même des difficultés à rester dans la réalité. Je n'ai donc aucun problème à m'asseoir et écrire.
J'ai l'âme d'une conteuse. Il m'est plus facile d'écrire à la troisième personne mais cela ne m'empêche pas d'écrire aussi à la première personne.
J'aime beaucoup Gaston Leroux, l'auteur du fantôme de l'Opéra et du Mystère de la chambre jaune. Cet auteur de fin 19ème et début 20ème est le roi du mystère ! Mais j'aime aussi un auteur contemporain, Timothée de Fombelle. Cet auteur est un vrai poète. Sa manière de décrire les lieux et les personnages m'ont beaucoup inspiré pour écrire la suite de "L'émeraude oubliée".
Un personnage ne doit pas être superficiel. Il doit avoir une profondeur d'âme. Pour cela, je détermine tous ses goûts, ses désirs, ses qualités et ses défauts mais aussi sa famille, son milieu social et les traumatismes qui ont façonné sa personnalité. Je lis beaucoup d'ouvrages sur la psychologie afin de comprendre les contradictions humaines. Par exemple, dans " L'émeraude oubliée : l'évasion ", on m'a reprochée que Yan et Sonia n'étaient pas constants. Ils sont assez courageux pour s'enfuir de Mornia mais ils réagissent parfois comme des enfants. En réalité, cette façon de réagir est typique d'un adolescent ! Il est presque un adulte mais pas tout à fait. Parfois il peut nous surprendre par son sens des responsabilités mais dans d'autres circonstances il peut encore agir comme un enfant capricieux. Un auteur ne doit jamais oublier que l'être humain est très contradictoire ! Demandez à un psy, il vous le confirmera...
Je suis très égoïste, je n'écris que pour moi ! Écrire est un besoin. J'écris par nécessité, pour mon bien être mental. C'est pourquoi j'écris les histoires qui me tiennent à cœur, celles où je peux exprimer mes émotions sans entrave. Ne me demandez pas d'écrire pour plaire au public, j'en suis incapable !
Les avis positifs m'aident beaucoup à prendre confiance en moi et à continuer d'écrire. Les critiques constructives m'ont aidé à améliorer mon écriture, et souvent, mes bêta lecteurs m'ont donné d'excellents conseils pour faire passer les émotions dans les mots. J'en profite pour les remercier de nouveau.

En réalité, je ne partage pas mes projets d'écriture avec quelqu'un pour avoir son opinion. Je me lance dans ce qui me plait sans me poser de questions. Par contre, j'ai l'habitude de raconter mes romans en cours (ainsi que les prochains en élaboration dans ma tête), avec mon époux qui est mon meilleur ami. Je ne suis pas certaine qu'il écoute vraiment tout ce que je dis ( il n'est pas simple de me suivre ), mais cela m'aide beaucoup à avancer.
Aucune discipline ! Je gère très mal la pression. Lorsque je suis stressée, je perds tous mes moyens. Je programme mon planning semaine après semaine et parfois mon emploi du temps peut changer du jour au lendemain selon mon humeur ou ma fatigue. En ce moment, je ne peux pas écrire beaucoup car je dois travailler pour manger. J'ai pris du retard dans l'écriture du tome 3 de "L'émeraude oubliée ". Je ne pourrais pas le rendre à mon éditeur dans le temps imparti. Mais je sais qu'il est très compréhensif ! De toute façon, je m'interdis de stresser. Par contre, je sais exactement ce que je vais écrire après ce roman. J'en ai cinq en tête en ce moment et je sais dans quel ordre je vais les écrire. Ah ! Si je n'avais pas besoin de travailler autant, je pourrais sortir un roman tous les 6 mois !
Je peux écrire n'importe où, j'ai juste besoin de mes écouteurs pour entendre ma musique. Il s'agit d'une play list de chansons qui m'inspirent. Grâce à cette ambiance, je peux me concentrer sur mon écriture, quoiqu'il arrive autour de moi.
Habituellement, j'écris directement sur un ordinateur. Je corrige en me relisant. Puis, quand j'ai fini le roman, je le relis entièrement pour une correction plus approfondie. Ensuite je l'imprime. Pendant deux trois mois je demande à deux bêta lecteur de le lire et de me donner leur avis. Pendant ce temps, j'essaie d'oublier mon roman et je me concentre sur le suivant. Finalement, je le relis sur papier en prenant en compte les remarques des lecteurs. Je fais de nouvelles correction et je modifie mon document numérique.
Mais en ce moment je n'ai plus d'ordinateur, j'écris donc sur papier et je tape mon texte dés que j'ai un ordinateur sous la main. J'imprime immédiatement et je relis sur papier.
Au début, je ne voulais me lancer que dans d'autoédition. Je n'ai donc jamais envoyé de manuscrits à des maisons d'édition. J'ai publié la première partie de "L'émeraude oubliée, l'évasion" en numérique sur Amazon. Laurent Bettoni l'a remarqué et m'a proposé d'éditer avec La Bourdonnaye. J'ai apprécié leur politique d'édition et j'ai accepté de signer avec eux pour trois romans.
J'écris le dernier tome de ma trilogie de "L'émeraude oubliée".
Rejoignez moi sur mon site (lien ci-dessous) et suivez mon actualité sur mon nouveau blog (lien ci-dessous).
Je vous souhaite un bon voyage dans mon imaginaire !
https://www.facebook.com/lina.carmen.5?fref=ts https://linacarmen.wordpress.com/ http://www.autourdeli.fr/
                                                 Son blog        Son site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire