mercredi 18 avril 2018

Interview 🎤 Nicolas Duval


Interview réalisée le 15 janv. 2018
Bonjour et merci d’accepter de rĂ©pondre Ă  ces quelques questions
Âgé de 34 ans, je suis auteur de romans dont "Gaping Hole" et "L'homme de la forêt", disponibles sur Amazon. Animé par la passion, j'aime explorer sans cesse de nouveaux horizons et repousser mes limites. De plus, j'attache une grande importance à la cohérence dans la construction et au réalisme de mes récits. Aussi, je prends un grand plaisir à effectuer mes travaux de recherche en amont et à préparer soigneusement mes ouvrages.
En parallèle de mes écrits, j'ai travaillé ces 12 dernières années dans le marketing à différents niveaux, du développement opérationnel à la relation client en passant par le management.
Baroudeur dans l'âme, je pratique de nombreux sports comme l'escalade, la course à pied ou le VTT, et je suis également un grand passionné de cinéma et de littérature.
Avant d’ĂŞtre Ă©ditĂ©(e), comment imaginiez-vous votre vie d’auteur(e) ?
Je ne l’imaginais pas. Dans mon cas, ĂŞtre Ă©crivain n’Ă©tait pas une ambition professionnelle Ă  proprement parlĂ©, cela est venu par la force des choses. C’est mon enfance, extrĂŞmement compliquĂ©e, qui m’a peu Ă  peu conditionnĂ© Ă  embrasser cette carrière.
Dans cette vie d’auteur(e), qu’est-ce que vous prĂ©fĂ©rez ?
Contrairement Ă  ce que l’on pourrait croire, je passe infiniment plus de temps Ă  faire des recherches pour mes rĂ©cits qu’Ă  les Ă©crire. Ce que j’aime dans cette phase prĂ©liminaire c’est de dĂ©couvrir des histoires cachĂ©es, de dĂ©terrer les indices et de rencontrer des gens. A bien des Ă©gards, pour Gaping Hole par exemple, j’Ă©tais plus un profiler du FBI sur une enquĂŞte policière qu’un Ă©crivain.
Et que trouvez-vous le plus difficile ?
Convaincre. Mes dĂ©buts auprès du public furent prometteurs mais c’Ă©tait surtout grâce Ă  mes compĂ©tences particulières en communication et marketing - mon mĂ©tier Ă  la ville - car sans ça, cela aurait Ă©tĂ© très difficile. Je pense que l’on peut avoir tout le talent du monde, dans n’importe quel domaine, cela ne suffit pas. Il faut beaucoup de chance et de compĂ©tences annexes pour arriver Ă  se rendre visible auprès de son public.
Quand avez-vous pris la dĂ©cision d’Ă©crire votre première histoire ?
Je pense que c’est Ă  sept ou huit ans que j’ai Ă©cris ma première vĂ©ritable histoire. Elle ne tenait que sur une dizaine de pages et racontait l’histoire de gosses d’un mĂŞme quartier qui se retrouvaient confrontĂ©s Ă  une affaire de disparition et qui devaient mener l’enquĂŞte. C’Ă©tait les annĂ©es 90 et je me passionnait dĂ©jĂ  pour le cinĂ©ma et surtout l’univers de Spielberg qui m’a Ă©normĂ©ment influencĂ©…
Être édité(e), rêve ultime ou aboutissement ?
Ni l’un ni l’autre. Ma situation d’indĂ©pendant me va très bien car je suis maĂ®tre de mes projets et de ma communication. Comme tout le monde, j’ai commencĂ© par essayer la voie de l’Ă©dition traditionnelle mais sans rĂ©sultat, sauf un message très personnel et très encourageant d’Anne Carrière (Ă©ditrice parisienne).
Comment voyez-vous votre avenir d’auteur(e) ?
Depuis mon retour en 2015, je ne cesse de progresser, pas Ă  pas. C’est lent mais rĂ©gulier, ce qui me va très bien et qui me permet de conjuguer assez bien ma vie de famille et mon travail. Je ne ressent pas le besoin daller plus vite, je veux juste continuer d’Ă©crire ce que j’ai envie et de le faire Ă  ma manière.
As-tu des rituels avant de te mettre Ă  Ă©crire et pour favoriser ta concentration ?
J’ai besoin d’un isolement complet pour travailler, ce qui n’est pas toujours Ă©vident quand on a une vie de famille. J’ai aussi un besoin compulsif de me nourrir de musique, et en particulier de musique instrumentale, genre bande originale de film. Ce qu’il faut comprendre c’est que la musique est pour moi comme de l’oxygène : je la consomme mĂ©caniquement et de manière continue. Elle m’habite, littĂ©ralement. Pour l’Homme de la forĂŞt par exemple, j’ai Ă©cris la plupart des scènes de solitude en montagne et en forĂŞt en Ă©coutant en boucle « Eptesicus » d’Hans Zimmer.
Tu es plutôt première ou troisième personne ?
Troisième personne uniquement. Je ne parle jamais de moi explicitement et je n’aime pas me mettre directement dans la peau de mes personnages. J’ai besoin de prendre du recul sur eux. Je prĂ©fère ĂŞtre le « rĂ©alisateur » que « l’acteur » du rĂ©cit…
Comment crĂ©es-tu tes personnage ? Les laisses-tu s’imposer Ă  toi ou les crĂ©es-tu en dĂ©tail avant de commencer Ă  les faire vivre dans ton histoire ?
Je laisse peu de place au hasard. Mes personnages prennent du temps Ă  exister dans mon esprit avant de prendre forme sur papier. Je passe beaucoup de temps Ă  leur donner une consistance. Comme au cinĂ©ma, il y a toujours les personnages principaux qui sont approfondis et les figurants qui ne font que « remplir » l’espace. Dans mes rĂ©cits, j’aime que mes « figurants » aient un vĂ©ritable impact sur le rĂ©cit et sur les personnages principaux. Ils ne font pas que remplir un espace vide, ils accompagnent le rĂ©cit… ou du moins j’essaie !
Comment gères-tu les avis (négatifs ou positifs) ? Mais surtout, les utilises-tu pour améliorer ton histoire ?
J’ai eu la chance d’avoir des milliers de retours sur mon travail d’auteur, quelque que soit la forme. J’en ai eu des bons et des moins bons mais je n’ai encore jamais eu d’avis vraiment « nĂ©gatif ». Sans doute que la plupart des gens les gardent pour eux par respect pour l’auteur et son travail, ou alors j’ai vraiment eu de la chance, je ne sais pas.
Niveau Ă©criture, tu es plutĂ´t Ă©criture au feeling ou alors planning d’Ă©criture ?
Encore une fois, je laisse peu de chance au hasard. Mon travail se dĂ©coupe en plusieurs phases bien distinctes : la recherche, le storyboarding, l’Ă©criture du rĂ©cit et la post-production.
Dans la première partie, je suis un vĂ©ritable profiler du FBI et je dĂ©terre des bribes d’infos ici et lĂ , je contact des gens, mĂŞme Ă  l’Ă©tranger comme pour Gaping Hole oĂą je suis entrĂ© en contact avec les autoritĂ©s policières.
Dans la seconde, c’est ma culture cinĂ©matographique qui prend le dessus. Je commence alors Ă  Ă©crire un story-board comme le feraient un scĂ©nariste et un rĂ©alisateur. MĂŞme s’il n’est pas fait de dessins mais de petits paragraphes en mode « post-it », il me permet de rĂ©aliser une structure physique que je peux ajuster au fur et Ă  mesure jusqu’Ă  ce qu’il me semble parfait. Ce n’est qu’ensuite que je commence le travail d’Ă©criture, souvent plusieurs mois après avoir commencĂ© mes premières recherches.
Tu es plutĂ´t Ă©criture sur ordinateur ou Ă©criture papier/stylo ?
Quand j’ai Ă©cris mes premières lignes dans les annĂ©es 90, c’Ă©tait sur une machine Ă  Ă©crire semi-automatique. C’Ă©tait dĂ©jĂ  « has been » Ă  cette pĂ©riode mais j’aimerais bien ce dĂ©calage entre la rĂ©alitĂ© de mon Ă©poque et mes petits projets d’enfants. D’une certaine manière, cette machine Ă  Ă©crire donnait du crĂ©dit Ă  mes travaux… Mais très vite les consommables de ce genre d’appareils vinrent Ă  manquer et je me suis mis Ă  l’informatique, un autre univers qui continue encore de me passionner aujourd’hui.
Si tu peux nous en parler, sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Je me suis lancĂ© le dĂ©fis d’un roman historique, basĂ© sur un fait rĂ©el passionnant et pourtant mĂ©connue de l’arrivĂ©e des premiers colons europĂ©ens dans le nouveau monde. A l’heure actuelle, je suis bien avancĂ©e car j’ai passĂ© le cap des recherches, du storyboarding et de l’Ă©criture de la moitiĂ© du roman… J’ai bon espoir de pourvoir le sortir dans les prochains mois.
Premier souvenir d’enfance ?
L’enfance est un sujet très dĂ©licat pour moi et j’en garde peu de bons souvenirs. Cependant je peux parler des petits jeux que l’on faisaient avec mes deux jeunes frères et qui, d’une certaine manière, m’ont aidĂ© Ă  mieux structurer mes rĂ©cits aujourd’hui. PassionnĂ© de cinĂ©ma, mais sans moyen ni Ă©quipement, nous reproduisions des scènes de films, dans les jardins et les espaces verts. Jurassic Park, Rencontre du troisième type, les Goonies, E.T, Hook… La grande Ă©poque de Spielberg…
Première qualité ?
IndĂ©niablement la patience, mais aussi la rigueur…
Premier conseil aux apprentis auteurs ?
Je ne pense pas avoir beaucoup de conseils Ă  donner car moi-mĂŞme je suis loin d’avoir fait le tour du sujet. Tout ce que je pourrais dire nĂ©anmoins c’est de prendre le temps de bien prĂ©parer et peaufiner son projet. Il y a de nombreux auteurs qui sont trop impatients et qui sortent des projets imparfaits, bancales. Cela nuit considĂ©rablement Ă  leur rĂ©putation naissante.
Premiers fans ?
J’ai la chance aujourd’hui d’avoir plusieurs milliers de personnes qui me suivent sur les rĂ©seaux sociaux mais la première de toute mes fans est mon Ă©pouse, AmĂ©lie, qui m’a toujours soutenue dans cette entreprise difficile. Elle n’a jamais lâchĂ©e et m’a toujours poussĂ©e Ă  aller encore plus loin.
Première dédicace ?
Je pense que ma première dĂ©dicace devait ĂŞtre pour un ami, mais j’avoue que je ne m’en souviens plus…
Premier livre ?
Mon premier vrai projet « pro » s’appelait Rosewater, un roman catastrophe sorti en 2005 aux Ă©ditions BĂ©nĂ©vent. J’Ă©tais terriblement jeune Ă  l’Ă©poque et sans mes compĂ©tentes actuelles pour la communication. J’avais peur de parler de moi et d’aller vers les autres, ce qui l’a conduit Ă  un Ă©chec commerciale cuisant. Mais je ne regrette rien car ce fut malgrĂ© tout une bonne première expĂ©rience.
Dernier livre lu ?
Je suis quelqu’un qui fonctionne par cycles. Pendant des mois je vais dĂ©vorer livre sur livre et l’instant d’après, je vais m’adonner Ă  d’autres passions… Mais je reviens toujours, de manière cyclique, Ă  mes dĂ©buts. Ă€ l’heure actuelle, je ne suis pas trop en phase lecture mais plutĂ´t sur la menuiserie, un loisir que j’adore pratiquer de manière tout Ă  fait amateur dans mon garage… De mĂ©moire le dernier livre que j’ai lu, il y a de cela quelques mois maintenant, Ă©tait « Le Hobbit », que j’avais envie de redĂ©couvrir avec mes yeux d’adulte.
Dernière chanson écoutée ?
Ça par contre, ce n’est pas variable mais constant. J’Ă©coute de la musique tout le temps, dans la voiture, en travaillant, sous la douche… Il m’arrivait mĂŞme, plus jeune, d’Ă©couter de la musique en dormant… Dernier titre que j’ai Ă©coutĂ©, pas plus tard qu’il y a une dizaine de minutes : « Feeling good » de Nina Simone.
Dernier coup de gueule ?
L’histoire des Ă©meutes pour des pots de Nutella… Comment est-ce possible ? Comment en est-on arrivĂ© lĂ  ? Qu’est-il arrivĂ© Ă  ces gens pour se laisser aller ainsi ?
Dernier achat livresque ?
Un routard, pour m’adonner prochainement Ă  une autre de mes passions, le voyage…
Dernier compliment reçu ?
« Tu es beau », par ma femme…
Dernier fou rire ?
Ă€ Venise, avec mon Ă©pouse il y a quelques mois. Nous sortions d’un formidable restaurant, nous avions bu quelques verres, nous Ă©tions plutĂ´t gai. Il faisait chaud et il y avait du monde dans les ruelles et sur les ponts. Et lĂ , un type arrive en trombe et laisse tomber un iPhone hors de prix. L’appareil explose littĂ©ralement en mille morceaux… Silence soudain dans l’assemblĂ©e, et la tĂŞte du type… Je sais que c’est pas cool de rire du malheur des autres, mais c’Ă©tait impossible d’y rĂ©sister !
Je ne suis pas fan de ce genre de questions, les « si j’Ă©tais ». Les rĂ©ponses sont forcĂ©ment imaginaires et peu reprĂ©sentatives d’un individu Ă  part de l’image qu’il a de lui-mĂŞme… je prĂ©fère parler de mon expĂ©rience plutĂ´t que de spĂ©culer.
Ma culture étant infiniment plus cinématographique que littéraire, je me permettrais de répondre aux questions suivantes dans ce sens.
Film préféré ? Pourquoi ?
Armageddon, Michael Bay 1998.
Cela va sans doute vous faire rire mais c’est de loin mon film prĂ©fĂ©rĂ©. Je pense l’avoir vu 500 fois et je connais chaque rĂ©plique sur le bout des doigts : « ce que l’on nous demande aujourd’hui, c’est de sauver le monde. Quelqu’un veut refuser ? ». Je trouve que ce film, en terme de richesse, de structure et d’Ă©motion et une perfection. C’est simple, il y a tout dedans et il n’ aucun dĂ©faut…
Saga cinématographique préférée ? Pourquoi ?
Il serait facile de citer Star Wars ou le Seigneur des anneaux et j’avoue que j’ai du mal Ă  choisir mais je pense que ma saga prĂ©fĂ©rĂ©e reste Rocky. Souvent critiquĂ© dès le second Ă©pisode, je trouve que cette saga est Ă  l’image de son personnage : humain. Comme chacun d’entre nous il chute, se relève, hĂ©site, fait des erreurs… Mais il reste Ă©gal Ă  lui-mĂŞme et jamais ne trahi.
Héros de film préféré ? Pourquoi ?
Peter Pan.
Je suis tombĂ© fou amoureux de ce personnage dès que j’ai vu Hook (Steven Spielberg, 1991) pour la première fois. Je pense qu’il est la parfaite reprĂ©sentation de ce qu’est un enfant : tantĂ´t aventureux, tantĂ´t peureux, paresseux, courageux…
Héroïne de film préférée ? Pourquoi ?
L'auteur n'a pas donné de réponse à la question.
Couple de film préféré ? Pourquoi ?
L'auteur n'a pas donné de réponse à la question.
Réalisateur(trice) préféré(e) ? Pourquoi ?
Steven Spielberg. J’admire la passion de cet homme pour son art et la manière peu orthodoxe dont il est arrivĂ© dans ce milieu particulier. J’aime aussi sa vision de l’enfance et sa conception de la narration.
Combien de films dans votre vidéothèque ?
Je dois avoir pas loin de 300 films. Je suis assez collectionneur dans l’âme et j’ai du mal avec le « tout dĂ©matĂ©rialisĂ© », sans doute Ă  cause de mon âge et de ma gĂ©nĂ©ration. J’aime les objets en gĂ©nĂ©ral, les prendre en main, les partager avec mes proches. Je trouve que les objets peuvent autant nous dĂ©finir en tant qu’individu que les gens que nous rencontrons. DĂ©matĂ©rialiser les objets c’est un peu comme nous dĂ©matĂ©rialiser nous-mĂŞme…
Une vie sans livre, c’est…
...le nĂ©ant. 
L'auteur n'a pas donné de réponse à la question.
Livre papier et/ou numérique ? (lecture)
Papier
Cahier et/ou ordinateur ? (Ă©criture)
Ordinateur principalement mais le papier reste très présent dans mon travail
Musique ou pas ? (lecture)
Non
Musique ou pas ? (Ă©criture)
Oui
Thé ou café ?
Les deux
Matin, après-midi, soir ou nuit ? (lecture)
Peu importe
Matin, après-midi, soir ou nuit ? (écriture)
Peu importe
Bibliothèque, librairie, bouquiniste, brocante ou grande surface ? (achats livresques)
Peu importe

Blog et/ou site internet
Page Facebook
Youtube


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés