mercredi 28 octobre 2015

L'interview de Doriane Still



Merci à toi, j’aime beaucoup ton blog. Tes chroniques sont toujours complètes et agréables à lire.
J’ai commencé à écrire il y a très longtemps. Au début, je n’écrivais pas de l’érotique et puis, j’ai commencé à pimenter mes textes avec des petits passages sensuels. J’ai trouvé ça amusant.
J’ai envoyé ma nouvelle « Plaisir féminin » aux éditions Sharon Kena et l’éditrice a décidé de créer une nouvelle collection pour la proposer à la vente, la fameuse collection Eros, bien connue depuis pour ses petits prix et ses nouvelles coquines.

J’aime beaucoup la romance.
En général, mes livres sont des rêves. Je me lève le matin avec l’histoire gravée dans ma tête. Je m’installe donc devant mon ordinateur et j’écris tout ce que j’ai pu imaginer dans la nuit.
Je préfère écrire à la première personne. C’est plus facile pour se mettre dans la peau de mes héroïnes.

J’admire beaucoup la carrière d’Angela Behelle. Je me souviens qu’à ses débuts beaucoup de personnes critiquaient son travail alors qu’elle avait un talent fou. Elle a su ignorer la méchanceté des gens et a poursuivi son rêve. Parfois, quand j’ai envie de baisser les bras, je pense à elle et cela me donne le courage d’avancer. Elle est la preuve que l’on peut être une femme, française, et que l’on peut écrire de l’érotique.
Je pense que pour rendre un personnage crédible, il faut se mettre à sa place. Que dirions-nous ou que ferions-nous dans une telle situation ? C’est aussi simple que cela.
J’écris pour me faire plaisir et aussi… pour donner du plaisir à ceux qui me lisent.

Les avis négatifs peuvent être formateurs comme destructeurs. Il faut faire une différence entre ceux qui veulent donner un conseil et ceux qui veulent descendre un auteur. J’ai remarqué qu’il était assez difficile de satisfaire les lecteurs en érotique. Chacun a son niveau de tolérance. Pour un même livre, certaines personnes disent que ce que j’écris n’est pas vraiment érotique, c’est juste une douce romance sensuelle. Alors que d’autres sont outrés par ce que je publie, ils trouvent ça trop cru et parfois même vulgaire. Il est difficile de jongler entre le « trop » et le « pas assez ». Je ne veux pas tomber dans le porno trash, ni écrire des romances cucul la praline. J’espère un jour pouvoir trouver le juste milieu !
Les avis positifs sont, quant à eux, toujours un régal pour les yeux et le cœur. Et je ne remercierai jamais assez les lecteurs qui osent laisser des commentaires positifs sur Amazon ou Booknode. En effet, il est plutôt gênant d’avouer en public que l’on aime lire de l’érotique. Même si les temps changent peu à peu, cela reste délicat pour beaucoup de monde.
Non, plus maintenant. J’ai été déçue par une amie « de confiance » à qui je faisais lire mes manuscrits. Maintenant, je les donne directement à mon éditrice et elle les place entre de bonnes mains.
Non ! Moi et la discipline…

J’écoute de la musique. Pour écrire « Le gitan », j’ai beaucoup écouté Kenji Girac. Cela peut paraître stupide et caricatural, mais le rythme de ses chansons m’a beaucoup aidé à me mettre à la place du personnage.
Oui, j’écris sur écran puis j’imprime sur papier. Je trouve cela plus facile.
Eh bien, à part les éditions Sharon Kena, je n’y connais pas grand-chose. Je suis bien dans cette maison d’édition. L’éditrice me demande toujours ce que je souhaite comme couverture, elle me demande mon avis pour tout, fait corriger mes livres par des professionnels et règle mes DA sans aucun problème.
Je travaille sur une nouvelle qui s’appelle « Le Blog ». Pour l’instant, j’hésite entre deux couvertures.
Je ne sais pas encore laquelle choisir. Et puis… je prépare une surprise pour l’année prochaine. Mais, pour l’instant, rien n’a été signé et cela doit rester une surprise alors… chut !!! lol
Un grand merci pour ce moment, c’était très agréable !

https://www.facebook.com/doriane.still http://doriannestillcom.wix.com/eros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire