samedi 13 janvier 2018

Interview đŸŽ€ Abby Soffer




Interview réalisée le 04 janv. 2018
Bonjour et merci d’accepter de rĂ©pondre Ă  ces quelques questions
Merci Ă  toi de m’offrir l’opportunitĂ© de faire parler de mon univers littĂ©raire et heureuse de faire ta connaissance.

Alors c’est un sujet que je n’affectionne pas particuliĂšrement, pas trĂšs intĂ©ressant je trouve… alors je vais faire succinct. J’ai vingt-huit depuis… quelques annĂ©es dĂ©jĂ . Je suis comme pas mal de femmes la reine des multitĂąches et des casquettes que j’enfile au grĂ© de mes rĂŽles sociaux : maman, Ă©pouse, infirmiĂšre, amie fidĂšle… pour n’en citer que quelques uns. Pour maintenir mon Ă©quilibre, j’ai dĂ©veloppĂ© une addiction Ă  la lecture et Ă  l’Ă©criture…. En somme, je suis comme la plupart des lectrices avec la casquette d’auteure en prime.
Ce qui me dĂ©finit vraiment au-delĂ  de mon quotidien, transparait dans chacun de mes livres par ce que je ne sais pas ĂȘtre autrement que vraie et authentique. Mes amies disent souvent que je suis un paradoxe Ă  moi seule et j’aime assez cette idĂ©e.
Avant d’ĂȘtre Ă©ditĂ©(e), comment imaginiez-vous votre vie d’auteur(e) ?
En fait, je ne m’imaginais pas grand-chose, je suppose que la seule image Ă  laquelle je me raccrochais correspondait Ă  l’image que vĂ©hicule les mĂ©dias. C’est plus la caricature de l’auteur sur lequel je m’Ă©tais vraiment attardĂ©e. Un (ou une) doux rĂȘveur perdu dans ses pensĂ©es, obsĂ©dĂ© par la peur de la page blanche…. Ça me fait toujours rire d’y repenser parce qu’au moins sur le dernier point, je ne suis pas si loin de la rĂ©alitĂ©.
Dans cette vie d’auteur(e), qu’est-ce que vous prĂ©fĂ©rez ?
Ecrire, ça semble idiot dit ainsi, mais crĂ©er, donner vie Ă  mes personnages, leur constituer un passĂ©, un prĂ©sent et un futur. Faire de leur vie une rĂ©alitĂ©. C’est ce que j’aime plus que tout.
Ensuite, j’aime le partager avec mes lectrices c’est exaltant.
Et que trouvez-vous le plus difficile ?
La communication, et la publicitĂ©. J’ai la sensation de devoir me vendre et je dĂ©teste cet aspect du mĂ©tier.
Quand avez-vous pris la dĂ©cision d’Ă©crire votre premiĂšre histoire ?
Pour moi, cela n’a pas Ă©tĂ© une dĂ©cision consciente. J’ai toujours Ă©crit dans mon esprit tout au moins. Je me suis inventĂ© des milliers de scĂ©narios et j’ai juste fini par osĂ© les poser sur papier.
Être Ă©ditĂ©(e), rĂȘve ultime ou aboutissement ?
Aucun des deux Ă  vrai dire. C’est un rĂȘve, dire le contraire serait mentir, mais c’est loin d’ĂȘtre l’ultime. Aboutissement, n’est pas non plus un terme qui me caractĂ©rise aujourd’hui…. Mais qui sait, il le deviendra peut ĂȘtre demain.
Comment voyez-vous votre avenir d’auteur(e) ?
Je ne me projette pas vraiment. Écrire fait partie de moi, au mĂȘme titre que respirer, alors que je sois lue ou non ça ne changera pas vraiment ma perception du futur. Bien entendu, j’espĂšre continuer Ă  faire rĂȘver mes lectrices encore longtemps, mais la vie m’a appris que rien n’est acquis alors je me remets sans cesse en question pour faire toujours mieux.
As-tu des rituels avant de te mettre Ă  Ă©crire et pour favoriser ta concentration ?
Je n’ai pas vraiment de rituel, la seule chose c’est l’isolement. Peut importe ma façon de m’y prendre, Ă©crire c’est dĂ©voiler son Ăąme et je suis trop pudique pour le faire en public.
Tu es plutĂŽt premiĂšre ou troisiĂšme personne ?
Je n’ai pas pour habitude de rentrer dans une case, alors mĂȘme si j’ai plutĂŽt tendance Ă  ĂȘtre dans le « je », je n’hĂ©site pas Ă  allier les deux…. La meilleure preuve reste l’utilisation des deux dans le tome ultime de ma sĂ©rie « Love in Dream ».
Comment crĂ©es-tu tes personnages ? Les laisses-tu s’imposer Ă  toi ou les crĂ©es-tu en dĂ©tail avant de commencer Ă  les faire vivre dans ton histoire ?
En fait, il y a un peu de cela, et un peu d’autres choses. Leur histoire, comme la mienne, et celle des personnes lambdas, fait de nous ce que nous sommes sans pour autant nous dĂ©finir. J’applique ce principe auprĂšs de mes personnages pour me donner un point de dĂ©part. À partir de lĂ , je respecte leur personnalitĂ© en les faisant Ă©voluer dans leur monde.
Comment gÚres-tu les avis (négatifs ou positifs) ? Mais surtout, les utilises-tu pour améliorer ton histoire ?
Je suis heureuse que les gens prennent le temps de me dĂ©couvrir. J’avoue que les avis mitigĂ©s m’atteignent bien plus qu’ils ne le devraient. J’Ă©cris avec mes tripes et se mettre Ă  nu face aux lecteurs, c’est dĂ©jĂ  difficile, alors avoir un retour nĂ©gatif, c’est comme s’ils rejetaient une part de moi. Les avis positifs me font Ă©videmment plaisir, mais la part exigeante en moi refuse de s’y attarder.
Niveau Ă©criture, tu es plutĂŽt Ă©criture au feeling ou alors planning d’Ă©criture ?
J’Ă©cris au feeling. Disons que j’ai le plan global de l’histoire en tĂȘte avec le dĂ©but, les fins possibles et une ou deux scĂšnes clefs.
Tu es plutĂŽt Ă©criture sur ordinateur ou Ă©criture papier/stylo ?
Les deux en fonction de mes possibilités du moment.
Si tu peux nous en parler, sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Sans trop m’Ă©tendre disons que je pense que mes lectrices devraient ĂȘtre surprises. Les projets en cours sont aussi singuliers, diffĂ©rents qu’originaux, autant dire que la page blanche n’est pas pour tout de suite.
Premier souvenir d’enfance ?
Le balcon de mon arriĂšre grand pĂšre oĂč je jouais Ă©tant enfant. Il est mort quand j’avais trois ans, mais ce lieu reste ancrĂ© dans ma mĂ©moire avec son sourire.
PremiÚre qualité ?
Je dirais mon franc-parler, mais c’est autant un dĂ©faut qu’une qualitĂ© parce qu’ĂȘtre honnĂȘte attire parfois la foudre.
Premier conseil aux apprentis auteurs ?
Un mot un seul…. OSER pour ne jamais regretter.
Premiers fans ?
Mon mari, mes enfants, mes amies. Ils sont lĂ , Ă  chaque Ă©tape…
PremiÚre dédicace ?
Je ne m’en suis toujours pas remise (rire…)
Premier livre ?
Les contes de Grimm…. J’adore encore aujourd’hui
Dernier livre lu ?
« With you » de AmĂ©lie C. Astier et Mary Matthews un vrai bon moment de lecture !
DerniÚre chanson écoutée ?
« Shape of You » de Ed Sheran, un dĂ©lice pour les oreilles, comme chacun de ses titres. Mais j’avoue sans honte ĂȘtre fan des chanteurs français en tout premier lieu avec une affection toute particuliĂšre pour les auteurs Ă  texte. Que voulez-vous, les mots c’est mon univers !
Dernier coup de gueule ?
Quand les sujets me tiennent Ă  cƓur, je suis plutĂŽt du genre sang chaud. Le dernier en date je pense qu’il s’agissait de la dĂ©tresse des personnels paramĂ©dicaux face au pouvoir public qui abuse de leur autoritĂ© pour donner un prix Ă  la vie. Inadmissible ! Insupportable ! Ignoble ! Sang chaud j’ai prĂ©cisĂ© !!!!
Dernier achat livresque ?
« Étoile de brume » de « Lily Haime » enfin sous un pseudo diffĂ©rent ! (NDLR : Lily R. Davis) C’est actuellement une de mes auteures prĂ©fĂ©rĂ©es.
Dernier compliment reçu ?
Heu Joker ! J’ai oubliĂ© !
Dernier fou rire ?
Repas entre amies, mardi dernier, oĂč comme d’habitude elles ont trouvĂ© le moyen de me faire piquer un fard avant d’Ă©clater de rire tant je me sentais prude et ridicule. Je parle de sexe sans tabou, j’Ă©cris des scĂšnes plutĂŽt hots, mais je ne peux pas m’empĂȘcher de rougir comme une Ă©coliĂšre ! Allez comprendre !
Un animal ?
Un chien pour sa fidélité, un chat pour son indépendance et un éléphant dans un magasin de porcelaine pour sa maladresse.
Une chanson ?
« Tout le bonheur du monde » de Sinsemilia qui Ă©tait la chanson de mon mariage avec l’homme le plus merveilleux de la terre.
Une ville ?
New York peut ĂȘtre parce qu’elle est la ville qui ne dort jamais !
Un pays ?
Le canada, froid Ă  l’extĂ©rieur, mais tendre en profond sous la couche de glace.
Une saison ?
L’automne parce que c’est celle qui prĂ©pare en secret le renouveau et puis elle offre une palette de couleurs et d’Ă©motions qu’elle est la seule Ă  possĂ©der.
Une devise ?
« Rien n’est jamais impossible », je me la rĂ©pĂšte comme un mantra dans l’adversitĂ© et « RĂ©flĂ©chir n’est pas une option », celle lĂ  est rĂ©servĂ©e Ă  mes enfants quand ils ont dĂ©cidĂ© d’agir comme des « idiots ».
Une odeur ?
L’herbe fraichement coupĂ©e j’adore !!!!
Une couleur ?
Le violet, je ne sais pas pourquoi mais c’est de loin ma prĂ©fĂ©rĂ©e.
Une fleur ?
Le camĂ©lia en rĂ©fĂ©rence Ă  Jadde l’hĂ©roĂŻne de mon premier roman.
Une date ?
Le 17 septembre, le jour du dĂ©but de ma nouvelle vie, celle oĂč ma vie ne s’est plus conjuguĂ©e en « Je » mais en « Nous ».
ÉchouĂ©(e) sur une Ăźle dĂ©serte, je voudrais avoir ?
J’ai souvent rĂ©flĂ©chis Ă  cette question, allez savoir pourquoi. Mon cĂŽtĂ© pragmatique dirait un couteau, un silex et de quoi survivre au cas de force majeur. Mon cĂŽtĂ© rĂȘveur dirait une bibliothĂšque bien garnie, une quantitĂ© suffisante de papier et des stylos… (On ne se refait pas) et mon cĂŽtĂ© pitoyable dirait… « Au secours, venez me chercher ». La solitude c’est sympa un moment, mais ma famille et mes amis me manqueraient trop.
One shot préféré (livre en 1 seul tome) ? Pourquoi ?
Je dirai « Clair-Obscur » de « Lily Haime ». Je l’ai lu et Ă©coutĂ© une bonne dizaine de fois.
Saga préférée ? Pourquoi ?
« Outlander » anciennement appelĂ© « Le chardon et le tartan », j’ai adorĂ© les livres et la sĂ©rie est vraiment Ă  la hauteur ! Et puis Jamie Fraser c’est de la bombe.
Héros livresque préféré ? Pourquoi ?
Mon mari ça compte ??? Aucun hĂ©ros de roman mĂȘme le plus Ă©mouvant n’a encore rĂ©ussi Ă  m’offrir ce petit truc en plus que m’offre mon quotidien.
Héroïne livresque préférée ? Pourquoi ?
J’ai beaucoup aimĂ© l’hĂ©roĂŻne de « Toi + Moi + Lui » le nom de l’auteur m’Ă©chappe (NDLR : Tijan), mais son personnage principal est sublime, sarcastique et forte, fleur bleue sans ĂȘtre ridicule.
Couple livresque préféré ? Pourquoi ?
Beaucoup m’ont touchĂ©s, Ă©mus, Ă©nervĂ©s ou Ă©moustillĂ©s et je dis volontiers que je suis tombĂ©e sous le charme de certains, mais impossible de n’en choisir qu’un seul.
Auteur(e) préféré(e) ? Pourquoi ?
Je l’ai dĂ©jĂ  dit, « Lily Haime » est en haut de la liste, mais j’adore le style de nombreux autres auteurs, « Amheliie et Maryrhage » que j’ai rĂ©cemment dĂ©couvertes ont rejoint mes auteurs prĂ©fĂ©rĂ©s tout comme « Colleen Hoover » ou « Brittainy C. Cherry ». J’aime aussi beaucoup le travail de « LorĂšne Manarrini » qui n’a jusque-lĂ  publiĂ© qu’une nouvelle, mais avec qui je prĂ©pare une sublime histoire.
Combien de livres dans votre bibliothĂšque ?
Beaucoup trop d’aprĂšs mon mari, pas assez selon moi. Environ 900… À vous de juger !!!
Une vie sans livre, c’est…
Comme une nuit sans rĂȘve, fade et insipide.
Donnez-moi vos 7 mots préférés et expliquez votre choix
1. Vie : C’est un cadeau dont on comprend la valeur que le jour oĂč on a failli la perdre.
2. Famille : parce qu’ils sont l’essence mĂȘme de notre force notre courage, notre obstination. Sans eux, je n’aurais pas trouvĂ© la force de me battre pour mes rĂȘves.
3. Sourire : C’est une capacitĂ© qui semble ridicule et Ă©vidente, mais c’est selon moi une action gratuite qui offre du bonheur et de la joie juste pour le plaisir de donner.
4. Partager : une nouvelle fois c’est un verbe, un Ă©change, le don de soi et l’envie de vivre ensemble.
5. Amour : dois-je vraiment dĂ©velopper ??? C’est un mot qui se suffit Ă  lui-mĂȘme Ă  mon avis.
6. Bonheur : c’est une Ă©motion qui est si furtive si fragile qu’elle la rend prĂ©cieuse et c’est certainement pour cette raison que j’aime ce mot.
7. Plaisir : Il est super et sexy, je trouve !!!!
Livre papier et/ou numérique ? (lecture)
Beaucoup numĂ©rique parce que mon amant (Yann ma liseuse) ne me quitte jamais !!!! J’aime le papier mais pas toujours simple d’emporter son pavĂ© de 500 pages !
Cahier et/ou ordinateur ? (Ă©criture)
Ordinateur, en premier, pour ne pas perdre de temps Ă  retranscrire, mais j’adore poser les premiers mots d’une histoire sur papier !
Musique ou pas ? (lecture)
Pour la lecture, c’est le silence qui prĂ©domine. C’est un moment de calme et de recueillement pour moi.
Musique ou pas ? (Ă©criture)
Cela dĂ©pend du lieu oĂč j’Ă©cris. Si je suis dans le petit cafĂ© oĂč j’aime Ă©crire, j’ai la musique pour me couper du monde. Si je suis Ă  la maison c’est inutile.
Thé ou café ?
Les deux… mĂȘme si je suis une accro Ă  la cafĂ©ine avant tout !
Matin, aprĂšs-midi, soir ou nuit ? (lecture)
Et bien, en fait je suis du matin, de l’aprĂšs midi, du soir et de la nuit. DĂšs que j’ai un moment de libre, j’ai un livre Ă  la main.
Matin, aprĂšs-midi, soir ou nuit ? (Ă©criture)
C’est un peu pareil, l’inspiration n’est pas un truc que l’on peut mettre en cage.
BibliothĂšque, librairie, bouquiniste, brocante ou grande surface ? (achats livresques)
Partout oĂč je peux dĂ©nicher de bonne affaire !
Le dernier mot est pour toi…
Une immense merci de m’avoir proposĂ© cette interview. J’ai passĂ© un super moment en ta compagnie, j’espĂšre que nous aurons d’autres occasions pour papoter. Merci aux lectrices qui ont pris la peine de me dĂ©couvrir, j’espĂšre que vous passerez un moment d’Ă©vasion dans mon univers livresque dĂ©calĂ©.

Page Facebook
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés