mercredi 25 février 2015

L'interview de Jacinthe Nitouche

 
 
Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Attends de lire mes réponses avant de me remercier… tu risques peut-être de le regretter.
Comment as-tu commencé à écrire ? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé par écrire sur un blog avec Pétra. Ça me servait d’exutoire sur toutes les petites choses qui te pourrissent la vie. Puis pendant une soirée avec mes morues, alors qu’on venait de mater Magic Mike et de ruiner la vie d’un serveur, je me suis dit « putain, mais ça aurait donné quoi si on avait vécu en colloc ? » Et voilà, BBB a commencé à voir le jour le lendemain quand j’ai écrit le prologue dans l’unique but de faire rire mes grosses dindes.
Quel est ton genre favori ?
Je ne pense pas avoir de genre favori. Je marche au coup de cœur. Ça peut aller de l’Urban Fantasy avec la série Fièvre à la magnifique romance de Jojo Moyes Avant toi.
Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Je n’en ai aucun… Je marche au feeling !
À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Pour le moment, je n’ai écrit qu’à la 1ere personne donc j’ai envie de te dire : à la 1ere personne.
Quels écrivains admires-tu le plus ?
Je n’admire personne… Ce n’est pas dans ma nature.
Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Je me sers des gens qui m’entourent… Je leur pique des traits physiques et des traits de caractère pour créer ensuite mes propres personnages. Par exemple, je voulais que Phillis soit une vraie caricature. Je me suis juste servie du physique d’une de mes morues et j’ai utilisé sa façon de parler… Le reste, c’est de la fiction !
Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
Larusso.
Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Ca dépend des avis mais en règle générale pas tant que ça. Les avis sont tellement subjectifs… Surtout avec un livre comme BBB. Ça va de : « C’est la plus grosse bouse jamais écrite » à « Ce livre est devenu ma bible ». C’est difficile de se faire sa propre opinion. Par contre, je suis très attentive aux ressentis de mes bêta-lecteurs qui sont top moumoute et qui sont capables de me dire : « Là, tu chies, ça ne va pas du tout. »
Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui… J’ai besoin de savoir si ce que j’écris tient la route.
T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Discipline ? Je ne connais pas ce mot.
De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
De glands… Heu non, ça, ce n’est pas pour la concentration. Non, je ne m’entoure de rien en particulier. Tu penses que je suis normale ? Ou je devrais m’inquiéter ?
Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
Je fais les deux, en fait, mais la plupart du temps, tout se passe entre mon écran et moi.
Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
J’ai envoyé BBB à très peu de maisons d’éditions. Je n’arrivais pas à trouver une ligne éditoriale qui lui corresponde. Puis est arrivée Fleur, son envie incroyable de le faire publier et de dire fuck aux clichés. EdiBitch venait au monde quelques mois plus tard.
Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
Votre correspondant est absent, veuillez rappeler dans quelques années… Merci.
Le dernier mot est pour toi…
J’ai le droit de dire une grossièreté ? Parce qu’au final je trouve que j’ai été hyper sage. Non ? Tant pis alors… « Paix sur vos clitos, amour sur vos nichons. »
Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)

https://www.facebook.com/jacinthe.nitouche https://twitter.com/jacinthnitouche http://edibitch.com/shop/6-jacinthe-nitouche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire