mercredi 4 juin 2014

L'interview de Sandra Lane

 
Bonjour et merci d’accepter de répondre à ces quelques questions
Avec plaisir.

Comment as-tu commencé à écrire? Qui te lisait au début ?
J’ai commencé à écrire vers la fin de l’adolescence. J’écrivais très peu, je ne terminais rien et je ne laissais personne me lire. C’est beaucoup plus tard, au début de la trentaine, que je me suis mise à écrire sérieusement. À cette époque, j’ai fait deux voyages en Europe qui m’ont beaucoup inspirée et j’ai vraiment pris consciemment la décision d’écrire un roman du début jusqu’à la fin. Il m’a fallu cinq ans, mais j’y suis arrivée. Les premières versions, je les ai fait lire par ma sœur, ma mère et quelques amies. J’ai retravaillé plusieurs fois ce manuscrit en fonction des commentaires que je recevais. Puis, tout ce travail a donné Partir pour oublier un salaud, mon premier roman, que j’ai eu le bonheur de voir publier en 2012.

Quel est ton genre favori ?
Présentement, je lis, bien évidemment, beaucoup de « chick lit » et de romance. J’aime aussi les romans historiques. Mais il m’arrive aussi de lire un Agatha Christie, un Balzac ou même un Simone de Beauvoir.

Quel est ton processus créatif ? Qu’arrive-t-il avant que tu ne t’asseyes à écrire ?
Je n’ai pas vraiment de processus créatif. Parfois, j’écoute un film ou la radio et des idées se forment dans ma tête. D’autres fois, j’entre dans un lieu pour la première fois et des sensations m’envahissent faisant naître plusieurs idées. Je prends des notes et lorsque je suis prête à commencer un nouveau roman, je fais un plan sommaire et je me laisse porter par l’histoire et par les personnages.

À quelle personne es-tu le plus à l’aise : à la première ou à la troisième personne ?
Jusqu’à maintenant, j’ai toujours écrit à la première personne. J’avais tenté d’écrire mon premier roman à la troisième personne, mais sans succès. Mais je m’y remettrai. D’ailleurs, après la série romantique sur laquelle je travaille présentement, je compte bien écrire un roman à la troisième personne. C’est un petit défi que je tiens à relever.

Quels écrivains admires-tu le plus ?
Il y en a tant. Une auteure que j’aime beaucoup est Mylène Gilbert-Dumas, j’ai lu tous ses romans. Elle sait capter ses lecteurs et se redéfinir d’un roman à l’autre. Parmi les auteurs classiques que j’ai beaucoup lus durant mes études en littérature, j’admirais surtout Balzac, Maupassant et George Sand. Parmi les contemporains, il y a Catherine Mavrikakis et Yvon Rivard, deux auteurs exceptionnels qui possèdent une maîtrise de la langue et de la prose que je n’atteindrai jamais. Il y a aussi Marie Potvin, mon amie, qui écrit avec une fluidité qui lui permet de raconter simplement des histoires qui pourraient être lourdes et complexes, mais elle sait le faire en toute beauté.

Qu’est-ce qui rend crédible un personnage ? Comment crées-tu les tiens ?
Le personnage doit rester fidèle à lui-même tout au long du roman. Mes premières héroïnes, dans Partir pour oublier un salaud et dans Roman d’amour tome 1, étaient deux filles dont les personnalités étaient semblables et très proches de ma propre personnalité. Je les ai créées assez facilement en me rapportant à mon expérience de vie. Par contre, Sybelle, l’héroïne de Roman d’amour tome 2, m’a donné beaucoup de fil à retordre. Elle est très différente de moi et dans certaines scènes, elle ne réagissait pas comme elle aurait dû. Ce qui lui enlevait de sa crédibilité. Car pour être crédible, elle devait rester fidèle à sa personnalité forte et confiante. J’ai donc réécrit plusieurs fois les 8 premiers chapitres jusqu’à ce que je réussisse à la cerner.

Au plus profond de ta motivation, pour qui écris-tu ?
J’écris avant tout pour moi. Si je n’avais voulu écrire que pour être lui, j’aurais abandonné bien avant de terminer mon premier roman. J’adore écrire et je sais que peu importe ce que l’avenir me réserve, j’écrirai jusqu’à mon dernier jour de vie. Mais, bien évidemment, maintenant que j’ai des lectrices, je tiens à leur donner un peu de bonheur à travers ce que j’écris.

Les avis (négatifs ou positifs) des lecteurs te servent-ils ?
Oui. D’ailleurs lorsqu’on m’a dit que Sybelle, un personnage secondaire dans Roman d’amour tome 1, n’était pas très sympathique. J’ai travaillé à la rendre un peu moins superficielle et un peu plus humaine. Étant donné qu’elle est l’héroïne du tome 2, elle doit être sympathique.
Puis, lorsque l’on reçoit de très beaux commentaires sur nos romans, on ne peut qu’être encouragé à poursuivre. C’est très motivant.

Partages-tu tes projets d’écriture avec une personne de confiance afin d’avoir son opinion ?
Oui, ma sœur, Nancy, relit tous mes manuscrits. Elle me remet souvent en question et me pousse à observer certaines situations sous d’autres angles.

T’imposes-tu une discipline, en termes de calendrier, d’objectifs etc. ?
Ha ! Ha ! Ha ! Je suis une personne très indisciplinée. J’ai une date précise à laquelle je dois remettre un manuscrit et c’est tout ce que je garde en tête. Parfois, je stresse beaucoup à l’approche de cette date, mais j’y arrive à chaque fois et je suis toujours fière du résultat.

De quoi t’entoures-tu quand tu écris pour favoriser ta concentration ?
Je n’ai besoin que de calme. Donc, j’écris lorsque mes enfants sont à l’école ou le soir après qu’ils soient couchés.

Écris-tu sur écran, imprimes-tu souvent, corriges-tu sur papier...? Quel processus suis-tu ?
J’écris à l’ordinateur. J’imprime peu en cours d’écriture. C’est seulement à la fin de mon premier jet que je vais relire mon texte sur une copie papier. Et une dernière fois après avoir fait toutes les corrections pour m’assurer qu’il n’y a pas de coquilles ou de fautes qui m’auraient échappée.

Quelle a été ton expérience avec les maisons d’édition ?
Je suis avec la même maison d’édition, Les Éditeurs Réunis, depuis le début. Je suis très chanceuse, c’est une très belle équipe de gens travaillants et professionnels. Donc une très belle expérience.

Sur quel projet travailles-tu en ce moment ?
"Roman d’amour", tome 3.

Le dernier mot est pour toi…
Je souhaite à tous beaucoup de lectures…

Merci de t’être livrée à moi et aux lecteurs (acquis ou en devenir)
Ce fut un plaisir ! Je suis très heureuse que vous ayez pensé à moi pour cette entrevue. Merci !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire